in

R.D. CONGO: Le contenu de l’accord-cadre

L’accord-cadre…ra?

Pour rechercher la paix dans la partie Est de la République Démocratique du Congo, les Chefs d’Etats de l’Angola, du Burundi, du Congo/Brazza, de l’Afrique du Sud, du Rwanda, de la Tanzanie, de l’Ouganda et de la République Démocratique du Congo, de l’Afrique du Sud… signeront, le dimanche 24 février, à Addis-Abeba, un accord-cadre.

altToutes les parties prenantes ont des engagements à respecter. En ce qui concerne, la République Démocratique du Congo, le Gouvernement est appelé à poursuivre la réforme du secteur de la sécurité, en accordant une attention particulière pour l’armée et la police. Il est aussi appelé à accélérer la politique de la décentralisation, de développer l’économie, les infrastructures et les services sociaux de base. A cela s’ajoute, la reforme des institutions, les finances, et d’élaboration d’un agenda de réconciliation et de démocratisation.

Par ailleurs, les Etats signataires devront s’interdire de s’ingérer dans les affaires internes de leurs voisins. Ils devraient refuser tout appui aux forces négatives et respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de leurs voisins. L’accord prévoit également le renforcement des capacités régionales, dans la droite ligne de l’intégration économique régionale. L’exploitation commune des ressources naturelles est vivement recommandée, dans le strict respect des intérêts légitimes des voisins. C’est depuis quelques mois que la RDC est agressé dans sa partie Est par le Rwanda, selon le rapport des experts de l’ONU. Selon les sources concordantes, trois pays pourraient s’ajouter à la liste. Il s’agit notamment de la Mozambique, la République Centrafricain, et le Sud-Soudan.

Hormis les signatures de chefs d’Etats, le document devrait être également co-signé par le Secrétaire Général de l’ONU (Organisation des Nations Unies), Ban ki-moon, et la Présidente de l’Union Africaine, Mme Nkosazana Diamini Zuma. Selon les analystes, cet accord pourrait sauver la République Démocratique du Congo, dans un premier temps, face aux menaces de la balkanisation et surtout contre l’insécurité grandissante qui sévit dans sa partie Est.

La partie Est de la RDC continue de souffrir de conflits et violences à répétition causés par des groupes armés, tant nationaux qu’étrangers. Un sempiternel problème que la “communauté internationale” peine à résoudre depuis plus de deux décennies.

BURKINA FASO: Affaire Thomas Sankara – une nouvelle demande d’enquête parlementaire

SUPER COUPE AFRICAINE: Al Ahly remporte son 5ème trophée face à AC Léopards (2 à 1)