in

MAXIME MBANDA: Rugbyman italien d’origine congolaise, héros du Covid, nommé Chevalier de la République par le président Serge Mattarella

Reconnaissance prestigieuse pour Maxime Mbandà, père congolais et mère italienne, flanqueur des Zèbres de Parma et de l’équipe nationale italienne. Le nom du rugbyman italien figure parmi les 57 nouveaux Chevaliers de la République nommés par le Président de la République Sergio Mattarella. Mbanda, 27 ans, s’est porté volontaire pendant la pandémie de coronavirus pour la Croix Jaune de Parma.

Le choix de Maxime Mbandà, le flanqueur du Zebra Rugby Club de Parma et de l’équipe nationale italienne, a été dicté par une question. Une question que Maxime s’est posée lorsqu’à Rome, lors de la préparation contre l’Angleterre pour le tournoi des Six Nations, il a été frappé par la décision de reporter le match en raison de l’explosion de Covid-19 (le coronavirus a également frappé durement le monde du sport et du football) et des mesures prises par le Premier ministre Conte pour enrayer la propagation de la pandémie. Aujourd’hui, il est chevalier de la République, l’un des héros de Covid qui a fait passer la santé de ceux qui avaient contracté la maladie avant la peur et l’indifférence.

Le Président de la République Sergio Mattarella a voulu décerner l’honneur de Chevalier du Mérite de la République à un premier groupe de citoyens, de rôles, de professions et d’origine géographique différents, qui se sont distingués au service de la collectivité lors de l’urgence coronavirus. Les prix, décernés à titre individuel, représentent symboliquement l’engagement choral de nombre de nos concitoyens au nom de la solidarité et des valeurs constitutionnelles“, pouvait-on lire dans la déclaration du Quirinal. Parmi les nominés figurait également “Mata Maxime Esuite Mbandà, joueur du Zebra Rugby Club et de l’équipe nationale italienne, bénévole dans les ambulances pour l’association SEIRS de la Croix-Jaune de Parme“.

Maxime a pris l’idée de devenir chauffeur d’ambulance lorsque la nouvelle a été rendue publique: “J’étais à Rome et nous nous préparions pour le match contre l’Angleterre aux Six Nations, puis on nous a renvoyés à la maison à cause de l’urgence du Covid et je me suis donc demandé comment apporter ma contribution même si je n’avais pas de compétences en matière sanitaire et j’ai trouvé la solution: travailler sur des ambulances pour transférer les patients positifs. Un travail humainement difficile, aux côtés des malades“. C’est ainsi donc que Maxime est devenu chauffeur bénévole à la Croix-Jaune de Parma pour offrir sa contribution, même s’il n’a aucune compétence en matière de santé.

On doit être là pour leur donner la sécurité parce qu’ils ont peur, beaucoup sont transférés d’un hôpital à l’autre; ils ne comprennent pas ce qui leur arrive, alors peut-être qu’on doit les réconforter, leur donner une caresse, leur tenir la main, essayer d’être comme un membre de la famille“, raconte Maxime.

Ce furent les 70 jours les plus exigeants de ma vie. J’ai transporté plus de 100 patients, j’ai fait des gardes épuisantes où je déjeunais le soir, car je ne pouvais pas enlever cette combinaison pour ne pas risquer d’infection avant d’avoir été assaini. Pendant la période la plus intense, je pleurais le soir, me défoulant pour ce que j’avais vu pendant la journée et auquel je n’étais pas habitué, je ne pouvais pas dormir la nuit même si j’étais épuisé et je me suis aussi retrouvé à me réveiller à 3h du matin tout mouillé et à découvrir ensuite que j’avais fait pipi dans mon pantalon“, avait écrit Maxiime sur Instagram.

Le rugbyman décoré avait également lancé plus d’un appel sur Facebook aux jeunes de bonne volonté, qui s’ennuyaient de la quarantaine, de faire comme lui et d’aller sur le terrain avec courage: “Avoir peur est normal, à l’école j’ai étudié les guerres mondiales, les guerres en Syrie, en Irak, mais c’est un ennemi invisible et chaque fois que vous entrez dans un service de maladies infectieuses vous savez que le virus est dans l’air et peut être n’importe où, mais l’émotion qui vous donne la capacité d’aider les autres est indescriptible donc je ne pense qu’au but final“.

La reconnaissance du président Mattarella est venue à la fois pour son engagement et pour son témoignage: “Je referais tout depuis le début. Au contraire, j’ai admis à plusieurs reprises au cours de cette période que je regrettais de ne pas avoir commencé avant et je conseillerai désormais à quiconque d’essayer d’effectuer des services volontaires et d’essayer de percevoir les émotions qu’il laisse derrière lui, qui sont incomparables avec toute autre expérience“.

Comments

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Loading…

Comments

comments

MIGRANTS – Naufrage en Méditerranée: 6 morts dont un enfant de 6 mois

alt

PROTECTION INTERNATIONALE – Les permis de séjour prévus par le nouveau Décret de Sécurité en Italie: 1) Protection spéciale