in

IMMIGRATION – Fervent appel en faveur des flux de travailleurs étrangers en Italie

Le fondateur de Sant’Egidio et ancien ministre de la coopération internationale, Andrea Riccardi, l’a écrit dans le quotidien “Corriere della sera”.

“Si nous ne voulons pas élargir à nouveau les zones obscures des travailleurs (ce que notre société exige et rappelle en fait), il est temps de procéder à la régulation des flux de travailleurs étrangers avec des processus réguliers, en détectant les besoins de travail qui se font jour. Nous sommes en période de crise, mais paradoxalement, il y a toujours, et même de plus en plus, des demandes d’emploi dans certains secteurs”, a écrit Andrea Riccardi.

Et de souligner: “Sortir les travailleurs étrangers de l’irrégularité est toujours positif: surtout en cette période de risque de contagion pour ceux qui se trouvent en marge des circuits institutionnels. C’est bon pour eux et pour les régions où ils vivent. Mais il y a eu aussi la légalisation des relations de fait, à laquelle de nombreuses familles aspiraient depuis des années pour le personnel domestique, sans possibilité depuis 2012. La demande est plus importante que celle des personnes qui ont eu accès à la régularisation. Le coût élevé pour l’employeur (500 euros) a créé des problèmes, notamment dans le monde agricole. Tant d’enjeux ont été placés dans la mesure qui rendent le chemin plus difficile. Malheureusement, les travailleurs de la construction, de la restauration, de la logistique et autres ont été laissés pour compte. Certains de leurs services ont été cruciaux pendant la fermeture de la base“.

Le fondateur de Sant’Egidio rappelle que la mesure est née pour les travailleurs de la terre, pour l’agriculture. C’est donc très restrictif. “Mais tout de suite après“, ajoute-t-il, “un autre vaste domaine non couvert a été remarqué : celui du travail domestique. Un domaine sensible, pendant le Covid-19, également en raison de la gravité de la situation des personnes âgées à domicile et en institution“.

Et de préciser que “les Italiens n’ont pas ‘crié’ contre l’invasion. Ce sont les familles, les personnes âgées, les employeurs individuels qui, seuls, ont commencé la régularisation: ils ont présenté près de 70% des demandes. Seuls 25% sont passés par le mécénat: cela nous renseigne sur la faible mobilisation des organisations ou l’étroitesse des réseaux sociaux, surtout dans les zones marginales”.

Comments

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Loading…

Comments

comments

IMMIGRATION ET INTEGRATION: Cours gratuits de langue et de culture locales pour les étrangers en Tyrol du Sud (Italie)

“REDDITO DI CITTADINANZA”: Le ‘Revenu de citoyen’ et l’emploi occasionnel indépendant sont-ils compatibles