in

FRANCE – Valérie Trierweiler: First Girl-friend?

Une fiancée déjà… ambiancée?

ValérieTrierweiler, la compagne du nouveau président élu François Hollande, a fait ses premiers pas internationaux de “First Lady” en marge du déplacement du chef de l’Etat français aux Etats-Unis. C’est une femme “chic, futée, indépendante… et pas mariée”, ont observé les médias américains.

La compagne du chef de l’État a participé, pendant son séjour, à toutes les manifestations officielles des épouses de dirigeants internationaux, venus pour le G8 et le sommet de l’Otan. Arrivée vendredi à Washington, elle n’a pas participé pas au déjeuner de François Hollande avec la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, ni à sa rencontre avec Barack Obama, mais accompagnait le nouveau président à l’ambassade de France, pour une rencontre avec la communauté française et ses 2.000 invités.

Oui, le terme de ‘partner’ (compagne) me paraît bien“, a indiqué celle que les Américains hésitent à appeller “First Lady” (première Dame), lui préférant le surnom sur mesure de “First girlfriend” (première petite amie).

Bien que non-mariée, Valérie Trierweiler a été traitée comme l’épouse du Président. Samedi, elle a été réellement pour la première fois face aux caméras, en participant à un déjeuner à la Maison Blanche à l’invitation de Michelle Obama, l’épouse du président américain. Pour le grand bonheur des photographes et des internautes moqueurs, la première dame américaine a montré à Valérie Trierweiler le jardin potager qu’elle a installé à une encablure du bureau du président.

Dimanche à Chicago, où se tenait un sommet de l’OTAN (Organisation du Traité Atlantique Nord), elle a visité, avec Michelle Obama, le Gary Comer College, puis assisté à un dîner offert par l’épouse du président américain au musée Art Institute of Chicago. Le lendemain, visite du Lycée français de Chicago.

Pour les médias américains, la journaliste de 47 ans, “futée et talentueuse“, deux fois divorcée et mère de trois enfants, est “chic“, “élégante“, “ressemble à Lauren Bacall ou Katharine Hepburn“. Elle est aussi “indépendante“, “femme de tête“, “experte en politique et conseil de son compagnon“, disent-ils sans omettre le sobriquet de “Rottweiler”, dont l’avait notamment affublée le député UMP Lionnel Luca, déclenchant une avalanche de critiques. Bref, comme le résumait nos confrères du Huffington Post américain, “incontestablement française“.

Mais surtout, le couple est le premier “non marié” à occuper l’Elysée. “Sacrebleu!“, lançait USA Today à une Amérique attaché à une certaine idée de la famille “traditionelle”. La presse américaine s’est jetée sur son dictionnaire de synonymes. Valérie Trierweiler est devenue au choix “girlfriend” pour CNN, “spouse“, “partner“, “companion” (conjointe, compagne) pour les autres.

 

 

SÉNÉGAL: Pèlerinage de Popenguine – Le ministre de l’Intérieur Mbaye engage la réussite

FRANÇAFRIQUE: Le mystère de la disparition du Ministère de la coopération?