in

COMMUNAUTÉ RP-CONGOLAISE: Sassou Nguesso en Italie

Le Président congolais était en Italie où il a notamment rencontré le Pape Benoît XVI, au Vatican, et le Président Giorgio Napolitano, au Quirinal.
A son arrivée, à l’aéroport de Ciampino de Rome, le Président Denis Sassou N’Guesso avait été accueilli par les youyous d’un groupe de compatriotes arborant des tee-shirts soulignant qu’il est «l’Apôtre de la paix». Des mots qui, dans le contexte d’une ville sainte comme Rome, avec une Eglise catholique aux avant-postes de la recherche des solutions de paix dans le monde et surtout en Afrique, ne pouvaient sonner plus «dans le ton».

Le président Denis Sassou N’Guesso a fait une visite au Vatican où il a été solennellement reçu par le pape Benoît XVI, dans la bibliothèque privée du souverain pontife où celui-ci accueille habituellement ses hôtes de marque.
Cordon de gardes suisses, déploiements des gentilshommes de sa Sainteté ouvrant la voie à la délégation présidentielle: une solennité au cordeau et faite pour témoigner des bonnes relations entre le Congo et le Saint-Siège, la visite du président congolais a donné à voir le faste des grands jours, pour un hôte apprécié au Vatican et mis à l’aise par une connaissance parfaite du pape des réalités du Congo.

Sassou a, à son tour, marqué sa grande déférence pour une personnalité de l’Eglise dont il n’a cessé de louer sagesse et clairvoyance sur les questions de l’Afrique et de son développement.

Après une dizaine de minutes d’entretien face à la presse et les membres de la délégation, le Pape et le Président congolais ont gagné  les profondeurs de la bibliothèque pour leur entretien, strictement privé, pour ensuite passer à l’échange des cadeaux.
Pour la circonstance, le président de la République a offert au pape un bas-relief d’une extrême finesse, œuvre de sculpture congolaise. En bois local congolais, ce cadeau original a visiblement émerveillé le souverain pontife qui l’a apprécié, sourire aux lèvres, par un acquiescement répété de la tête alors que les photographes immortalisaient l’événement par un crépitement répété de leurs appareils.

A son tour, le pape a fait don au président de la précieuse «Médaille du Pontificat», sertie de pierres précieuses. Rappelons que chaque pape fait inciser ses armoiries et sa devise sur une œuvre d’art réservée aux hautes personnalités.
Le pape a aussi remis un petit coffret blanc à chacun des officiels congolais, au fur et à mesure que le président les lui présentait: les ministres Firmin Ayessa, Basile Ikwebe, Rodolphe Adada; le Conseiller diplomatique du chef de l’Etat, Lambert Adouki, et les collaborateurs étroits de la présidence …

Puis le Président Sassou s’est  rendu à la Secrétairerie d’Etat, (la primature du Vatican) pour  des entretiens privés avec deux hommes forts de la diplomatie vaticane: le Secrétaire d’Etat, le Cardinal italien Tarcisio Bertone et son ministre des Affaires étrangères (Secrétaire du Saint Siège pour les rapports avec les Etats), le français Dominique Mamberti.

Il ne serait ressorti aucun contentieux entre l’Eglise catholique et l’Etat congolais, mais a plutôt été question des relations cordiales entre les deux Etats, des activités retenues pour la célébration du Cinquantenaire de l’indépendance et, a ajouté plus tard le président, du clocher de la Basilique Ste-Anne du Congo pour la pose duquel le Congo sollicite l’aide multiforme de l’Eglise.

La visite du président s’est poursuivie en Italie. Il a été l’invité de son homologue italien Giorgio Napolitano, dans le cadre de la célébration de la “Journée de l’Afrique” ponctuée par une soirée, où le Congo est fortement impliqué, étant son ambassadeur à Rome, S.E. Mamadou Dékamo Kamara, le doyen des Ambassadeurs africains en Italie.

La semaine a été fortement à l’enseigne du Congo également, puisque le président Denis Sassou Nguesso a poursuivi sa visite à Milano où il a été l’hôte des autorités municipales et des hommes d’affaires de la capitale économique de l’Italie.


Afri-Nous

Dr STEVE EMEJURU: Président de l’Association nigériane OSZCANRL.

CAMEROUN: Paul Biya en Italie