in

TRENITALIA: Immigrés clients de série D

Avec Trenitaiia les derniers sont les… derniers.

Exécutif, Affaires, Premium ou Standard sont les nouvelles classes du train Frecciarossa, dans l’ordre décroissant de confort et de services. Les passagers de la classe standard, la plus économique par exemple, ne peut pas compter sur les sièges en cuir ou les salles de réunion disponibles pour les cadres de couteuse classe Executive.

Tout à fait normal, sauf que Trenitalia fait voyager les immigrés dans la dernière classe. Ils ont la peau sombre et les traits exotiques, les membres de la famille heureuse qui, sur la couverture d’une brochure du train super rapide publiée sur le site de la compagnie, étaient photographiée sur les sièges de la classe standard. Tous blancs au contraire les testomonials des classes supérieures.

Sans malice, le message qui passe est que la dernière classe est pour les pauvres et les «pauvres types» ce sont les immigrés.

Signalé par le blog “Piovono rane” d’Alessandro Giglioli. L’affaire a fait le tour du réseau.  «Cette fois, ils ont flanché», lit-on sur le web, «Les chemins de fer italiens ont déraillé», blaguent d’autres tandis qu’il y en a qui parlent ouvertement de «spot raciste» ou d’un «nouvel apartheid».

Trenitalia a répondu avec une note de son bureau de presse, soulignant que «dans les autres photos sur le site dédié au niveau standard, il y a aussi des hommes de couleur, tandis que des passagers à la couleur et aux traits exotiques apparaissent dans les classes supérieures, dans d’autres clichés. Aujourd’hui, heureusement, l’Italie aussi est un pays multiethnique, et Trenitalia, avec ses 2 millions de passagers par jour, en est le premier témoin».

Trenitalia sera peut-etre convaincu de ses arguments mais entre-temps, le groupe dirigé par Mauro Moretti a changé la couverture de la brochure. Maintenant, pour la classe Standard, on a choisi une photo de sièges vides. Difficile pour quiconque d’être offensé.

Mais les dents pourraient grincer à l’idée: «Mieux le vide que l’immigré»! De mal en pis?

 

Elvio Pasca

MINES ANTI-PERSONNEL: Y en a “rat-le-bol”!

TRAVAIL SAISONNIER: Feu vert aux demandes des “anciens”