in

MINES ANTI-PERSONNEL: Y en a “rat-le-bol”!

La société tanzano – belga APOPO dresse des rats géants qui repèrent les mines, depuis 10 ans déjà.

Femi donne des coups de griffes sur la surface humide. Un objet en métal apparaît sous le sol. Au son d’un cliquetis sec, elle accourt vers son dresseur, qui lui offre un morceau de banane. La jeune femelle est une ratte géante dotée d’un flair excellent, atout qui la rend parfaite pour désactiver les mines terrestres.

 

Des rats sont dressés par la société belgo-tanzanienne APOPO basée dans la ville tanzanienne de Morogoro, dans le but de détecter les mines terrestres. Les animaux, qui subissent des examens et sont évalués selon les normes internationales, doivent enregistrer un résultat de 100% avant d’être admis et déployés dans les pays en proie aux mines terrestres à l’instar du Mozambique où, durant la guerre civile qui a pris fin en 1992, environ un demi-million de mines terrestres y ont été placées, dont seulement la moitié ont été déterrées jusqu’ici.

Les rats sont plus rapides que les hommes dans le repérage des mines. En 20 minutes, un rat est capable de fouiller un espace de cent mètres carrés en quête de mines ; au lieu d’une journée nécessaire à un démineur. Aucun rat ne pèse plus d’un kilo et demi, poids trop léger pour déclencher une mine“, révèle Hannah Ford de l’APOPO.

L’année prochaine, l’APOPO enverra un contingent de rats en Angola, un autre pays avec des millions de mines abandonnés par la guerre qui s’est terminée en 2002.

L’APOPO dresse des rats pour la détection des mines depuis dix ans déjà. Mais ils ne sont pas encore utilisés à grande échelle.

En général, les rats ne jouissent pas d’une bonne réputation. Mais ces rats géants sont des animaux intelligents, sociables, offrant un potentiel élevé de dressage“, affirme Hannah Ford.

D’autres rats à Morogoro sont également dressés pour détecter la tuberculose, à travers l’analyse des crachats.

Chaque semaine nous recevons de centaines d’échantillons de crachats en provenance des hôpitaux. Astrid et ses collègues-rats non seulement confirment les résultats du laboratoire, mais détectent cinq à dix nouveaux cas de tuberculose par semaine, encore inconnus en laboratoire“, affirme Ford.

De nouveaux cas sont à reconfirmer par microscopie. Dans la plupart des cas, les rats ont raison. Dans ce domaine également, les rats sont plus rapides que les techniciens de laboratoire. Les experts ont besoin d’une journée entière pour examiner quarante échantillons, alors qu’un rat prend moins de sept minutes.

 

PRESIDENTIELLE SENEGALAISE: Opposition sans… position unique!

TRENITALIA: Immigrés clients de série D