in

Travail. Nord Italie ” calamita” pour les immigrés

 

Rome 21 Septembre 2010. Les aires du Nord, par rapport à ceux du Sud, sont les territoires plus fertiles pour l’installation et l’occupabilité des étrangers. Celui pour la meilleure « qualité » du travail offert, pour les salaires les plus élevés, pour la demande qui provient des entreprises, pour le vieillissement progressif de la population et pour la capacité d’entrepreneur des étrangers. Tout cela malgré la crise a agravé la condition occupationnelle des immigrés plus au Nord qu’au Sud. Friuli Venezia Giulia, Lombardie et Trentino Alto Adige sont les régions plus attractives pour l’occupation étrangère, même les Friuli Venezia Giulia est quatre fois plus attractif de la Calabria que se positionne la dernière parmi les régions italiennes.

Ceux-ci sont les résultats de l’étude mené par la Fondation Leone Moressa qui a calculé l’index d’attrattivité occupationnelle des étrangers dans les différentes régions italiennes, en se servant d’un ensemble de dix indicateurs en mesure d’expliquer, selon des différentes sfaccettature, le phénomène ouvrable étranger : des composantes typiques du marché du travail, au tipologie contractuels, aux niveaux rétributives, aux effets démographiques, aux demandes du marché productif. Les indicateurs utilisés sont : le soude occupationnel, le risque de rester inoccupé, le taux de chômage, les besoins des entreprises, le maintien du temps indéterminé, l’instabilié contractuelle, l’index de rechange démographique, les rétributions mensuelles des dépendants, le revenu moyen annuel déclaré et enfin le taux d’entrepreneur étranger.

L’effet de la crise

La crise a eu un impact négatif sur l’occupation d’immigrée plus dans les aires du Nord que dans ceux du Sud. Le taux de chômage étranger en effet est plus élevé et la différence des occupés étrangers entre 2009 et 2008 (aussi en restant positive) pèse de moins par rapport au total de l’occupation étrangère même. Ciononostante, les entreprises septentrionales continuent à exprimer une demande toujours croissante de main-d’oeuvre étrangère : sur le total des nouveaux engagements qui seront réalisés dans l’arco de cette année, celles réservées aux immigrés sont plus consistantes au Nord le respect au Sud : à primeggiare dans ce conteste est le Trentino Alto Adige, où sur 100 nouveaux engagements presque 40 seront de main-d’oeuvre étrangère, suivie de Ligurie, de Toscana et Veneto.

Qualité » du travail

S’il on exprime la « qualité » du travail en terme de tipologia contractuelle les aires du Nord et du Centre sont les plus orientées à encadrer ses occupées étrangères avec des contrats stables. Lazio, Lombardie, Piemonte (ensemble à la Sardegna) sont les régions qui comptent moins de travailleurs avec des contrats à terme par rapport à la base occupationnel étranger. En outre au Nord les dépendanuts à temps indeterminè ont majeur possibilité de maintenir le même contrat et par conséquent sa place de travail.

Les revenus et la richesse

En ce qui concerne les niveaux des salaires des dépendants, les étrangers qui travaillent au Nord sont rémunérés mieux par rapport à ceux du Sud : on va en effet de 1.138€ de Trentino Alto Adige à 692€ de la Basilicata. Même les données relatives aux déclarations des revenus portent au même résultat : Dans la Lombardia les étrangers disposent d’une richesse moyenne globale de 15.307€ contre même pas 10mila€ déclarés en Basilicata, Puglia et Calabria.

Effet ddémographique

Le Nord est prévu à attirer plus la main-d’oeuvre étrangère aussi à cause du vieillissement progressif de sa population. En effet en aire la quelle la Liguria, le Friuli V.G, la Toscana sur deux âgés, est peu plus qu’un jeune, pendant qu’au Sud le rapport se renverse. Ceci signifie que si on devait maintenir les niveaux d’occupation actuels et en prévoyant un ultérieur vieillissement de la population, pour combler le gap serviraient plus d’étrangers au Nord.

Capacité d’entrepreneur

La fécondité des aires du centre des nordiques est confirmée même de la capacité des étrangers de créer des activités d’entrepreneur autonome. Dans ces aires en effet la présence d’entrepreneurs étrangers par rapport au total se fait plus fort en Friuli Venzia Giulia (8,7%) et Toscana (8%) par rapport à Puglia (3,4%) ou à la Basilicata (2,9%).

Élèves étrangers. La Ligue : ” Respecter le toit de 30%”

Santé : Les portes ouvertes aux professionnels étrangers