in

STEVE JOBS: Anniversaire de la mort du fondateur d’Apple – Aurait-il laissé Apple sortir l’iPhone 5?

Steve Jobs aurait-il permis la sortie de l’iPhone 5 ? Certainement pas. Du prétendu “nouvel” iPad, au printemps dernier? On peut en douter également. De sa médiocre application de cartographie? “iPapy”, comme il était surnommé dans la communauté informatique, n’aurait pas pris le risque de l’humiliation médiatique. Lui, à qui on prêtait des attitudes de dirigeant tyrannique, prêt à insulter ses ingénieurs si le produit ne lui semblait pas “parfait”.

Où est passée l’innovation?

L’iPhone 5 a subi les foudres des observateurs lors de sa présentation le 12 septembre dernier. Plus fin, plus puissant, mais en aucun cas innovant, le dernier né des téléphones d’Apple n’apporte rien. Si ce n’est son prix excessif. Derrière, Samsung pousse très fort. Et malgré quelques ratés ne permettant pas d’accrocher la palme du très haut de gamme, le Galaxy S3 joue les troubles fêtes et Nokia revient peu à peu dans la course à l’innovation.

Reste qu’Apple suscite toujours l’engouement. La pomme a annoncé avoir écoulé 5 millions d’iPhone 5 en un seul week-end de commercialisation. Impressionnant, mais inférieur, tout de même aux prévisions des analystes financiers qui ont vendu des actions Apple le jour de cette annonce. Et tout le monde a pu mesurer que la popularité de la marque était restée intacte en assistant aux interminables files d’attente devant les magasins Apple Store, à travers le monde.

Mais les “fanboys”, comme on surnomme les admirateurs d’Apple, n’ont jamais déclenché autant de moqueries qu’aujourd’hui. De nombreux médias, dont Le HuffPost, se sont gentiment amusés de ces quidams prêts à passer la nuit dehors histoire d’être sûrs de se procurer un téléphone dont le prix oscille entre 679 et 899 euros. Regardez ce diaporama.

Apple vit actuellement son apogée

Du coup, après des années où Apple était la valeur la plus tendance, la marque devient celle dont il devient “in” de se moquer. Dans le même temps, Tim Cook, le successeur de Steve Jobs à la tête de l’entreprise, n’a pas manqué de tendre le bâton pour se faire battre. Lors de la keynote de l’iPhone 5, les superlatifs au sujet du “meilleur smartphone jamais conçu” n’ont eu de cesse d’être rabâchés.

Apple aurait-il atteint son apogée avec la mort de son créateur ? La question mérite d’être posée, surtout que le cours de l’action a tellement crevé les plafonds que le conseil d’administration songe à diviser son prix par deux. Une option qui lui permettrait d’ailleurs de quitter le Nasdaq, regroupant les valeurs technologiques américaines, pour rejoindre le Dow Jones, l’indice historique de Wall Street.

Actuellement, seules cinq entreprises du secteur technologique figurent parmi l’indice historique de Wall Street: IBM, Hewlett-Packard, Microsoft, Intel et Cisco. Des entreprises qui ont un jour plané sur le secteur de l’informatique, mais dont l’étoile a désormais perdu leur splendeur. Apple sans Steve Jobs rentrera-t-il peu à peu dans ce club des papys ? Réponse en fin d’année ou début d’année suivante, avec, peut-être, le lancement de la TV connectée d’Apple…

THE BEATLES: Il y a 50 ans, le premier single “Love me do” sortait en Grande-Bretagne – Début de la légende des Fab Four

COINCIDENCES: 5 octobre – Anniversaire du cinquantenaire des Beatles et de la mort de Steve Jobs, tous deux liés par l’image de la pomme