in ,

SOUMAILA SACKO: L’assassin du jeune migrant malien est coupable mais pas trop: déjà libéré!!!

La justice avait été rendue, lorsque la Cour d’assises de Catanzaro a condamné Antonio Pontoriero à 22 ans de prison pour avoir tiré sur Soumaila Sacko, le 02/06/2018.

Mais, à peine 6 jours après, la Cour de révision de Catanzaro a décidé que Pontoriero peut sortir de prison et rentrer chez lui à San Calogero, avec l’application du bracelet électronique. Et ainsi donc: le tueur de Soumaila est assigné à résidence dans sa maison, tranquille et bénie.

Après le désarroi initial, on se demande si le Palais de justice de Catanzaro est doté d’un bureau de communication. Car si la demande d’assignation à résidence a été présentée par les défenseurs de Pontoriero, quelques mois avant la condamnation; comment peut-on se prononcer sur la question, 6 jours après une condamnation de 22 ans de prison?

Les juges de Catanzaro vivent-ils dans un monde à part et n’ont-ils pas entendu que le procès pour un meurtre barbare a abouti à un verdict?

Il semblerait que non, car dans les motifs du réexamen, on lit un “état avancé de l’enquête préliminaire devant la Cour d’assises” (sic) et que le domicile avec le bracelet électronique représente une mesure appropriée “pour éviter les prochaines occasions de récidive du crime, tout en exerçant un effet dissuasif sur la répétition de comportements similaires“.

Combien de fois encore voulons-nous que Soumaila Sacko meure? Et surtout combien vaut en Italie, la vie d’un migrant exploité et exécuté comme une bête?

Comments

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Loading…

Comments

comments

MARIAGE – Accord prénuptial: qu’est-ce que c’est, qui peut le faire, comment l’écrire

COVID-19: Mihai et Raisa, un couple roumain, offre un déjeuner gratuit aux nécessiteux dans leur restaurant à Tivoli, près de Rome