in

SOCIAL CARD: Les immigrés aussi y ont droit à la “carte sociale” – L’INPS et les Postes italiennes l’ignorent

Qui écarte la carte?

Dans la dernière Loi de stabilité financière, il y a une importante nouveauté pour les immigrants . A partir de cette année, ils pourront eux aussi avoir la “social card” (carte sociale ou carte pour achats), sur laquelle l’État charge, tous les deux mois, 80 euros à dépenser pour acheter la nourriture, les médicaments et payer les factures d’électricité et de gaz.

altLa “social card” était jusqu’alors réservée aux citoyens italiens ayant plus de 65 ans ou moins de 3 ans (dans ce cas, le propriétaire est le parent) avec un faible revenu familial. Maintenant, elle revient également aux citoyens UE et aux extraUE titulaires d’un permis CE de longue durée, la soi-disant “carte de séjour”. 

Jusqu’ici, la théorie, mais la pratique semble un peu difficile. Malgré que la Loi de stabilité soit entrée en vigueur le 1er Janvier 2014, à ce jour, ni l’INPS (Institut National de Prévoyance Sociale), qui verse la contribution, ni les Postes italiennes, qui recueille les demandes et délivre la “social card”, semblent ne pas s’en etre rendues compte.

Sur le site de l’INPS, il y a une page dédiée à la “social card”, d’ailleurs ajournée, où il est écrit que «peuvent bénéficier de la “social card” les citoyens italiens“. Et au call-center de l’INPS (803 164) , une opératrice insiste: «Il faut la nationalité italienne, sinon il n’y a rien à faire“.

Le site des Postes italiennes n’est pas mis à jour. Il informe qu’on peut demander la carte si “vous êtes un citoyen italien résidant en Italie et etes régulièrement inscrit à l’Etat civil“. 

Découragés, nous essayons d’appeler le call-center “Carta Acquisti” (800666888), mais une voix enregistrée débite la même vieille histoire: parmi les conditions minimales, il faut “être un citoyen italien résidant en Italie et régulièrement enregistré à l’Etat civil“.

En êtes-vous surs?

Elvio Pasca

BURKINA FASO: Eglise catholique – Mgr Philippe Ouédraogo créé cardinal

OMAR BOMBINO MOCTAR: Le Jimi Hendrix du Niger