in

“REDDITO DI EMERGENZA”: Le Gouvernement Italien vers un ‘Revenu d’urgence’ pour tous, contre la crise économique du Coronavirus?

Magasins, entreprises, travailleurs : toute l’économie est gelée à cause de l’urgence du Coronavirus. Mais comment, alors, éviter la progression d’une crise noire qui met déjà à genoux ceux qui sont en difficulté?

La vice-ministre de l’économie Laura Castelli a déclaré qu’elle était prête, avec le gouvernement et son parti (Mouvement 5 Etoiles), à faire en sorte que le “Reddito di emergenza” (Revenu d’urgence) devienne une aide concrète pour tous, travailleurs salariés et non. L’appel lancé sur les médias sociaux semble donc avoir été accepté, même s’il reste beaucoup de choses à définir.
L’Italie qui se bat aujourd’hui n’a pas seulement le visage des médecins et des travailleurs de la santé en première ligne contre le Coronavirus. Il y a aussi de nombreuses familles de petits et moyens entrepreneurs, des travailleurs précaires et de nombreuses personnes sans emploi qui, si en des temps plus sereins, avaient déjà du mal à joindre les deux bouts, doivent maintenant aussi compter avec les revenus qui ont disparu. Pour aller à l’encontre de toutes ces personnes, et d’éviter que les problèmes économiques n’alimentent le mécontentement social, Castelli a rappelé que l’intention des institutions est de garantir “un réseau territorial de subsistance“.

REVENU POUR TOUS

Comment? Par exemple, a expliqué le vice-ministre, en garantissant un revenu pour tous. “Appelons cela un revenu d’urgence, ou un revenu extraordinaire. Nous envisageons de simplifier les procédures d’accès au “Reddito di cittadinanza” (Revenu de citoyen), en l’étendant à ceux qui ne l’ont pas, et sans les conditions requises prévues“.

L’argent des hélicoptères de Donald Trump devient donc une hypothèse viable, même en Italie. Et sur ce point, selon Castelli, il y a également accord avec l’opposition. Toutefois, le gouvernement travaille toujours sur les conditions à remplir et les modalités de reconnaissance des revenus d’urgence, ainsi que sur les chiffres réels à calculer et le calendrier de leur versement.

Nous nous équipons“, a déclaré à tel sujet Castelli, tout en précisant que l’intention est de reconnaître “dès que possible” un “chiffre décent” à tous, travailleurs, salariés dipendenti) comme indépendants (autonomi).

Il doit y avoir une péréquation avec les salariés. Nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir une lutte sociale entre ceux qui ont le salaire assuré par la “Cassa Integrazione in Deroga” (Caisse d’Allocation aux Chommeurs Dérogatoire) et ceux qui ne l’ont pas. Ceux qui disent que 600 euros est moins que le revenu de citoyenneté ne se trompent pas“, a déclaré Castelli.

PLUS D’ARGENT OU MOINS DE TAXES?

Une question que la majorité et l’opposition se posent actuellement, cependant, est de savoir quelle “forme” devrait prendre ce revenu d’urgence. Il s’agit de savoir, en particulier, s’il est préférable de procéder par la reconnaissance d’une aide économique concrète aux citoyens (argent, chèques ou espèces), ou s’il s’agit d’aider ceux qui sont actuellement en difficulté en réduisant certaines dépenses.

La vice-ministre semble avoir des idées claires à ce sujet: “Je préfère la première hypothèse, aussi parce que de cette façon je garantis la continuité des affaires et je ne risque pas de compromettre les entreprises qui fournissent de l’énergie“.

Si sur certains points il a été facile de parvenir à un accord, en fait, sur d’autres, il semble qu’il y ait encore des désaccords. Par exemple, le gouvernement veut indemniser les entreprises en difficulté si elles ont enregistré des pertes égales à 1/3 par rapport au même mois de 2019, alors que certains suggèrent également des formes de prime.

OÙ TROUVER L’ARGENT

Mais où le gouvernement trouve-t-il tout cet argent? “Je ne sais pas encore comment ils seront répartis, mais à mon avis, il faudra au moins 100 milliards d’ici la fin de cette crise […] L’Europe dispose d’une série d’instruments qu’elle doit mettre à disposition“, répond la vice-ministre, qui évoque également les euro-obligations, sur lesquelles elle espère faire changer d’avis les partenaires européens, tout en contemplant également d’autres outils comme le financement de l’économie réelle, sous garantie de la BEI (Banque Européenne d’Investissements).

HÉROÏNES AFRICAINES – Les épopées de onze femmes puissantes: 11) Seh Dong Hong-beh (Bénin)

“CASSA INTEGRAZIONE”: Les paiements de la ‘Caisse d’Allocation aux Chômeurs’ seront effectués directement sur les comptes courants