in

PAP KHOUMA: “Noi Italiani Neri”

Avec “Noi Italiani Neri – Storie di ordinario razzismo”, l’écrivain italo-sénégalais est à son 3ème livre.

 

Rome: 02/06/2011 – Le frère italo-sénégalais Pap Khouma, Directeur de la revue on-line de littérature de la migration «El-Ghibli», réside à Milano où il travaille dans une librairie. Après le grand succès de son premier roman «Io, venditore di elefanti» (Moi, vendeur d’éléphants), il a publié «Nonno Dio e gli spiriti danzanti» (Dieu Grand-père et les esprits dansants). Dans son nouveau livre, «Noi Italiani Neri – Storie di ordinario razzismo» (Nous, Italiens Noirs – Récits de racisme ordinaire), il affronte les difficultés et aussi l’espoir des Noirs d’Italie vers la totale intégration dans le nouveau tissu social.

 

Quels sont aujourd’hui les aspirations  et les malaises quotidiens des “peaux-noires” en Italie? Comment vivent les nouveaux italiens noirs, fils des couples mixtes, adoptés ou nés de parents africains résidents depuis des décennies en Italie? Surtout y a-t-il un problème racisme en Italie? Comment concevoir la nationalité dans notre société destinée à une pluriethnicité croissante?

 

Mixant savamment l’enquête journalistique avec la fiction du récit, le présent et le passé, «Noi Italiani Neri» se meut entre les terrains de foot (infestés du racisme des houligans, en Italie, France et Angleterre, souvent de connivence avec une certaine politique) et les champs de bataille de la seconde guerre mondiale, racontant le  sacrifice de milliers de soldats noirs qui ont combattu contre les armées hitlériennes, contribuant à la victoire sans pouvoir, à cause du racisme, participer à la parade de libération de Paris et furent oubliés par l’historiographie européenne.


Du foot aux banlieues, modèle d’intégration échouée d’où tirer des leçons utiles pour nos périphéries, à travers les mots des immigrés africains, nés ou ayant grandi de Paris à Milano, des jeunes qui aiment la terre où ils sont nés mais à qui la nationalité est niée, même après diverses générations.

 

Des cas d’italiens noirs parfaitement intégrés, comme le footballeur Mario Balotelli, cible des protestions de certains “supporters” farfelus pour qui «un nègre ne doit pas jouer dans la sélection italienne! Un nègre ne peut pas être italien!»

 

«Noi Italiani Neri» est un livre de dénonce mais aussi d’espérance qui, tout en brossant une Italie victime de préjudices archaïques qui nie à elle-même l’irréversibilité de ses transformations culturelles et sociales, étonne cependant pour la sereine clairvoyance des nouveaux italiens noirs, qui ne jouent pas aux victimes mais savent que l’histoire leur donnera raison et contribueront à construire un pays meilleur.

 

Milton Kwami

 

AFRIQUE…À FRIC! Footuilés de sous!

CALIFE HI-LIFE!