in ,

PAMELA NOUTCHO SAWA: e conte de fées de cette infirmière d’origine camerounaise championne italienne de boxe, rêvant de Las Vegas

De l’anneau aux patients atteints de Covid: née au Cameroun, pendant 20 ans à Bologne, Pamela Sawa a remporté les championnats italiens mais elle n’a pas encore la nationalité italienne.

Pamela est une combattante et elle sait par expérience qu’il n’y a rien de plus dangereux sur le ring qu’un adversaire calme et sur de soi. “Oui, parce qu’on ne sait jamais ce qu’il va faire. Mais je ne suis pas comme ça. Je dois m’améliorer“.

Entre-temps, depuis quelques jours, Pamela Malvina Noutcho Sawa a remporté le championnat italien absolu dans la catégorie des 64 kg (amateurs) et a attiré l’attention des médias nationaux. Son histoire combine trois récits. Elle est la fille d’immigrés camerounais, c’est une femme qui a choisi la boxe et elle est infirmière en temps de Covid. Immédiatement après la victoire, elle a reçu les compliments du président de l’ordre des infirmières de Bologne, Pietro Giurdanella: “Nous sommes fiers de sa ténacité“.

Pamela est née au Cameroun. Elle est arrivée en Italie à l’âge de 8 ans. Elle a maintenant 28 ans et travaille aux urgences de l’hôpital Maggiore de Bologne. Elle partage l’appartement avec trois personnes et dans la maison, elle n’a pas la place pour accrocher quelque part le sac sur lequel décharger les poings. Sa rencontre avec la boxe a commencé, il y a 8 ans, dans un centre d’accueil pour les sans-abris à Bologna.

J’avais l’habitude d’y aller pour m’entraîner. Il y avait une salle de gym qui avait été créée pour améliorer l’état psychophysique des invités. Un jour, quelqu’un m’a invité à mettre les gants. Je détestais la boxe parce que, enfant, on m’appelait Tyson à cause de mes gros muscles. Je suis monté sur le ring, stimulé par une chanson de mon chanteur préféré, un Sud-Coréen qui faisait l’éloge de la boxe“.

Les entraînements sont durs, surtout avant les combats. Son entraîneur la taquine. “Ne lache pas, esquive, bouge les jambes, droit, crochet, encore droit” Et Pamela ne lache pas. Une seule fois, elle a encoché des terribles crochets. De la part d’une championne brésilienne, une de ces forces de la nature sur lesquelles on peut tomber sur le ring.

C’était un match de démonstration. L’accord n’était pas d’y aller cdoucement. Au contraire, j’ai essayé de la frapper et j’ai en quelque sorte réveillé la bete. Le match est devenu réel, âprement disputé. Alors elle m’a asséné ces coups, peut-être pour me remettre sur le droit chemin.”

Pamela aimerait aller se battre à Las Vegas (“qui n’en rêve pas?”). Pour rencontrer la plus forte en Italie dans sa catégorie. Participer aux Jeux olympiques. Mais elle ne peut pas. Elle ne fait pas partie de l’équipe nationale.

“Je n’ai pas la nationalité.” Entre le Cameroun et la bureaucratie italienne, les temps s’allongent. Cela fait 10 ans qu’elle a fait sa demande. Elle n’est toujours pas “italienne”. Elle vit ici depuis 20 ans, a fait ses études, de l’école primaire au diplome, a un emploi et est championne nationale.

Du Cameroun, elle a des souvenirs de la terre rouge et de certains plats que cuisine de temps en temps sa mère, qui ne voulait pas qu’elle devienne boxeuse: “C’est un truc pour les garçons. Et puis, on te tapera le ventre et tu n’enfenteras plus. On te défigurera le visage et tu ne ne trouveras pas de mari”.

Parlant de “Heureusement, nous sommes un groupe d’infirmières très unies. Il fut un temps où nous étions des héros nationaux. On recevait des petits cadeaux et des friandises. Puis le climat a changé. Nous avons été détestés. Je ne peux pas l’expliquer”. Il retourne à la boxe. “J’aime ça parce que c’est noble. Tout le monde est respecté. Il n’y a aucune forme de racisme. Nous nous embrassons les uns les autres. Les choses qui me font mal sont d’autres choses. Une fois dans le service, une dame âgée m’a dit : “Ma fille voudrait être infirmière elle aussi. Mais pourquoi vous et elle ne le faites pas ?”. Elle voulait me faire savoir que je n’avais pas ma place là-bas”. Elle vient de terminer sa formation. La veille, elle a travaillé à l’hôpital. “Je dois vraiment y aller maintenant, j’ai besoin de me reposer.”

“LOTTERIA DEGLI SCONTRINI”: Comment savoir si un magasin adhère à la ‘Loterie des reçus’ en Italie

HILARRY SEDU: L’avocat italo-nigerian discriminé au Tribunal de Napoli à cause de la couleur de sa peau