in

OUGANDA: La chanson du rappeur Bobi Wine censurée

Qui “em-Bobi-nne” ce rappeur frappeur?

La Uganda Communications Commission a retiré des ondes une chanson du rappeur ougandais Bobi Wine (31 ans), intitulée “Tugabire ka Jennifer” (Parler à Jennifer), dans laquelle l’autoproclamé “Ghetto President” reproche une série de problèmes de la capitale à Jennifer Musisi, la présidente directrice générale de Kampala (KCCA).
alt

Ce que je chante est vrai. J’espère que les autorités vont écouter, parce que j’essaie d’être une voix pour les sans-parole dans cette société.  Je ne comprends pas pourquoi les autorités veulent me clouer le bec alors que je suis tout simplement en train de parler de la réalité sur le terrain. Je n’incite pas à la violence. En fait, ce sont les autorités qui incitent à la violence en essayant de me clouer le bec“, dit Bobi Wine, qui se dit également “furieux” que sa chanson n’ait pas été diffusée.

Dans un message publié sur sa page Facebook, il écrit: “Je voudrais rappeler à la Ugandan Communication Commission qu’elle est censée être au service de la population, non pas d’une seule personne. Je lui conseille d’écouter ce que les gens essaient de communiquer au lieu d’intimider le messager. D’écouter la voix du peuple“.

Réagissant au retrait de la chanson des ondes, le directeur de la commission Godfrey Mutabaazi déclarait au Réseau des droits de la personne pour les journalistes – Ouganda que “des auditeurs s’étaient élevés contre la teneur de la chanson. Plusieurs personnes se sont plaintes auprès de la commission que la chanson était grossière, donc nous ne pouvons pas permettre que les ondes soient utilisées pour insulter les gens. La chanson n’a pas été interdite, mais nous avons donné l’instruction de ne pas passer la chanson sur les ondes aussi longtemps que notre enquête ne sera pas terminée et que nous ne nous serons pas prononcés“, dit Godfrey Mutabaazi.

Tugabire ka Jennifer” est sorti à un moment ou la Kampala City Council Authority est en train de procéder en masse à des expulsions de logements. La campagne a suscité l’indignation de l’opinion publique qui accuse la Dame de fer, Jennifer Musisi, de brutalité et d’insensibilité envers les besoins des pauvres.

Dans “Tugabire ka Jennifer“, Bobi Wine raconte comment les vendeurs ambulants qui se faisaient de l’argent dans l’économie informelle – et que Jennifer Musisi a récemment chassés des rues – sont maintenant forcés d’avoir recours à d’autres moyens pour subvenir à leurs besoins, comme les vols et les assassinats. Le rappeur affirme que la politique dictatoriale d’expulsion menée par Jennifer Musisi doit s’arrêter afin d’empêcher la ville de se transformer en “un grand immeuble pour les riches et un endroit terrible à vivre pour les pauvres”.

La ville ne se développe pas, les gens ont du mal à survivre. Il y a tellement de jeunes pleins de bonnes idées et de chômeurs dans cette ville et ils sont complètement perdus. Je veux les représenter et je les ferai se tenir debout. Comme l’a fait Bob Marley“, dit dans son message aux populations des bidonvilles, Bobi Wine, qui a lui-même grandi dans le bidonville de Kamwokya, à Kampala, ce qui donne indubitablement plus de crédibilité à son auto-proclamation de “Ghetto President”.

Bobi Wine est également optimiste. “Je sais qu’il va y avoir des changements, dit-il. J’espère que les gens auront confiance en leurs droits et qu’ils feront preuve de force“.

Le rappeur promet un spectacle fracassant lors de son concert prévu le 16 novembre à Kampala. “Ce sera révolutionnaire, donc c’est l’heure maintenant de se préparer. Les autorités ne peuvent pas m’arrêter, mon message va sortir, donc les gens doivent être prêts“, dit-il.

MALI: Manifestation de femmes à Tombouctou contre l’application de la charia

R.D. CONGO: La population de Kinshasa partagée sur l’organisation du Sommet de la Francophonie