in

NIGERIA: Au moins 185 personnes enlevées par Boko Haram

Mais qui est derrière Boko Haram là même? 

Au nord du Nigeria, une nouvelle attaque de membres présumés du groupe Boko Haram aurait eu lieu. Il y aurait même eu un nouvel enlèvement massif de civils. 

alt

Au nord du Nigeria, une nouvelle attaque de membres présumés du groupe Boko Haram aurait eu lieu. Il y aurait même eu un nouvel enlèvement massif de civils. Et si le groupe terroriste n’a pas officiellement revendiqué cette action, elle porte toutes les marques du mouvement islamiste. Elle vient encore de frapper. Impavide et irréductible, elle poursuit son petit bonhomme de chemin, enjambant sur son passage ses propres cadavres qu’il serait fastidieux de vouloir évaluer aujourd’hui, tant ils sont nombreux. Boko Haram, puisque c’est de cette secte islamiste qu’il s’agit, vient à nouveau de s’offrir en spectacle, en enlevant 165 personnes tous genres confondus, et en envoyant ad patres plus de 30 autres dont le seul péché est de s’être trouvées sur son chemin.

On est même tenté de dire qu’au Nigeria, tous les chemins mènent à Boko Haram, tant la secte peut frapper n’importe qui, n’importe où, n’importe comment et à n’importe quel moment. On n’a pas besoin de rappeler les hauts faits d’armes de Boko Haram pour se convaincre que forte de sa capacité de nuisance, cette secte est en train de conquérir, si ce n’est déjà fait, le Nord du Nigeria où elle entend instaurer un califat, à l’image de l’Etat islamique (EI) en Irak à qui elle a, du reste, fait allégeance. Jamais la secte Boko Haram ne s’est montrée autant active sur le terrain que quand la communauté internationale se décide à la combattre.

Pour rappel, l’enlèvement des 200 lycéennes à Chibok, est intervenu quelques mois seulement après le sommet sur la paix et la sécurité à Paris, qui avait réuni le Bénin, le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Nigeria autour du président français François Hollande, afin de trouver une réponse à Boko Haram qui, presque chaque jour qui passe, endeuille au moins une famille.

Et dès lors, la secte n’a cessé de s’illustrer par des attaques terroristes et ce, en dépit de la mobilisation de la communauté internationale, décidée à aider le Nigeria à libérer les pauvres lycéennes. On connaît la suite. Elles furent «reconverties et mariées de force», pour employer les termes d’Abubakar Shekau, le truculent chef de Boko Haram.

Il est temps que la réunionite et les discours

cèdent la place aux actions concrètes

Cette énième attaque sanglante intervient quelques heures seulement après la fin du sommet de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) qui, ironie du sort, a eu lieu sur le sol nigérian ; pendant qu’au même moment se tenait un autre forum, lui aussi consacré à la paix et à la sécurité en Afrique. Assurément, si ce n’est pas de la foutaise à l’endroit des têtes couronnées, ça y ressemble !

Cerise sur le gâteau, l’attentat et le rapt d’hier interviennent au moment où une cinquantaine de soldats nigérians viennent d’être condamnés à des peines lourdes pour mutinerie. Boko Haram ne peut que s’en frotter les mains.

Tout cela ne fait que conforter la secte qui continuera sans doute à narguer la communauté internationale ; les dirigeants nigérians, quant à eux, sont simplement dépassés par les événements.

C’est le lieu d’appeler tous les voisins du Nigeria à une synergie d’actions. Car, comme le dit l’adage, quand la case du voisin brûle, les autres ne sont pas en sécurité.

TONY IWOBY: Responsable Immigration de la Lega Nord: “Les morts en Méditerranée pèsent sur la conscience du gouvernement”

DIDIER DROGBA: L’attaquant ivoirien de Chelsea impliqué dans un scandale sexuel avec la miss hollandaise Tatjana Maul?