in ,

NAISSANCES: En Italie, un enfant sur 5 naît de familles étrangères ou mixtes

Selon le dernier rapport de l’ISTAT (Institut des Statistiques) sur le taux de natalité et de fertilité en Italie, les enfants nés de parents italiens et étrangers représentaient 22% du total en 2018. En revanche, celles des deux parents étrangers, après une augmentation qui a duré longtemps, ont diminué de 14.000 unités en 6 ans seulement.

Cette baisse est due à plusieurs facteurs: au 01/01/2019, les femmes résidant en Italie entre 15 et 29 ans représentaient un peu plus de la moitié des femmes entre 30 et 49 ans, soit plus d’un million de moins qu’en 2008. Cela a entraîné, pour des raisons évidentes, une diminution des naissances en l’absence de changements dans la fécondité. Toutefois, ce nombre change également en raison de l’augmentation du nombre d’acquisitions de la nationalité italienne, qui, par conséquent, n’inclut pas les enfants dans la liste des enfants étrangers nés en Italie.

TAUX DE NATALITE

L’étude montre que les enfants de parents mixtes ou étrangers naissent principalement dans le Centre-Nord du pays (Emilia-Romagna, Lombardia, Veneto, Liguria et Toscana).

L’analyse souligne donc que la diminution des naissances n’est pas un phénomène lié uniquement aux immigrants, mais à tous les citoyens italiens. Elles continuent à diminuer, en effet, les naissances dans le mariage: près de 19.000 de moins en 2018, et même 166.000 de moins qu’en 2008.

Entre 2012 et 2018, on constate donc également une diminution des naissances avec au moins un parent étranger: environ 11.000 naissances de moins ont été enregistrées.

Sur le total, ces naissances représentent 22% et enregistrent une réduction de plus de 2.600 unités pour la seule année dernière.

En effet, pour la première fois, le nombre de personnes nées de parents étrangers en 2016 est tombé à 70.000 (69.379), et s’est arrêté à 65.444 en 2018, soit 14,9 % du total des naissances. Cela s’explique également par le fait que les femmes résidentes étrangères sont, comme les femmes italiennes, “vieillissantes”: la part des 35-49 ans sur le nombre total de femmes étrangères en âge de procréer est passée de 42,7% au 01/01/2008 à 52,7% au 01/01/2019.

Comme on peut le lire dans le texte, “la dynamique migratoire s’est atténuée avec la crise de ces dernières années, tout en restant positive comme elle l’est depuis plus de 20 ans“.

En Italie, en outre, les communautés étrangères caractérisées par un projet migratoire dans lequel les femmes travaillent et présentent des niveaux de fécondité plus faibles, sont de plus en plus représentées. C’est le cas des femmes ukrainiennes, moldaves, philippines, péruviennes et équatoriennes, qui ont un taux d’emploi élevé, principalement dans les services aux familles. C’est aussi pour ces raisons que la contribution des citoyens étrangers au taux de natalité de la population résidente diminue lentement.

ENFANTS NES DE PARENTS ETRANGERS

Les enfants nés de parents étrangers en Italie ont donc diminué de 14.500 unités entre 2012 et 2018. Comme le rapporte l’analyse, “le degré croissant de maturité” de l’immigration en Italie a également témoigné de l’augmentation significative de l’acquisition de la nationalité italienne.

Naturalisations

Cependant, il est de plus en plus complexe de mesurer le comportement familial des citoyens d’origine étrangère. Il y a, en effet, un nombre important de naturalisations par les communautés qui contribuent de manière plus visible au taux de natalité de la population résidente.

Au 01/01/2018, en effet, environ 1.345.000 étrangers ont acquis la nationalité italienne. Parmi celles-ci, on compte près de:

  • 757.000 femmes, soit environ 56,3% du total;
  • 389.000 sont âgés de 15 à 49 ans.

La distribution par pays d’origine est la suivante:

  • Maroc: 84.000;
  • Abanie: 82.000;
  • Roumanie: 53.000.

En général, ces communautés représentent plus ou moins 29% du total des naturalisations d’étrangers, avec des parts en âge de fécondité égales à 54,7%, 63% et 65,3%.

Naissances par pays d’origine

En analysant les naissances parmi les enfants étrangers enregistrés à l’état civil en 2018, il ressort la suivante répartition par pays d’origine:

  • Roumanie (13.530);
  • Maroc (9.193);
  • Albanie (6.944);
  • Chine (3.362).

Naissances par zones géographiques

La distribution géographique des naissances de parents étrangers est la suivante:

  • Nord-Est (20,7%);
  • Nord-Ouest (21%);
  • Centre (17,5%);
  • Sud (6%);
  • Iles (5,6%).

Naissances par régions

La distribution des naissances de parents étrangers (2018) suivant les régions est:

  • Emilia-Romagna (24,3%);
  • Lombardia (22%);
  • Veneto, Liguria, Toscana, Piemonte (20%).

Comments

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Loading…

Comments

comments

VACANCES DE NOEL: Comment sortir et rentrer en Italie sans surprise: petit guide pour les étrangers

COVID-19: Internet gratuit pour l’enseignement à distance en Italie