in

MILANO: Après Firenze, un autre sénégalais agressé: «Bâtard noir! Au feu!»

Le massacre de Firenze semble n’avoir rien enseigné à certains énergumènes.

Mouhamadou Diop, transporteur de SDA, a déclaré à la Procure d’avoir été tabassé dans les entrepôts de la société de logistique par des collègues.

 

L’agression de Mouhamadou Diop a eu lieu le 16 décembre dernier. Et penser que, quelques jours auparavant, il était allé à Florence pour rendre visite aux familles des victimes du massacre de Florence où, rappelons-le, Gianluca Casseri, italien sympathisant du mouvement d’extreme droite Casapound, avait assassiné deux frères vendeurs ambulants sénégalais, Modou Samb (40 ans) et Mor Diop (54 ans), et infligeant de graves blessures à trois autres, Moustapha Dieng (34 ans), Sougou Mor (32 ans) et Mbengono Cheik (42 ​​ans).

Mouhamadou Diop a été battu et insulté par certains collègues, à Buccinasco, à l’ouest de Milano, dans les entrepôts de la SDA, où la victime travaillait comme entrepreneur transporteur.

Entre le frère sénégalais Mouhamadou Diop et ses collègues, il y avait d’abord eu une agression verbale, puis un heurt physique, qui a causé à la victime plusieurs blessures.

Sale bâtard noir! A firenze ils ont bien fait. Ils devaient les éliminer tous“.

Après les agressions verbale et physique subies par ses collègues, Mohamadou a décidé de signaler l’incident aux autorités.

Les médecins lui ont prescitt un tranquillisant pour 10 jours et 15 jours de pronostic.

Passé le choc des coups reçus, Mouhamadou Diop prend du courage et va parler de l’affaire avec le consul du Sénégal à Milano. Ce dernier contacte l’avocat  Alfredo Zampogna  qui, déjà l’année précédente, avait défendu un autre frère sénégalais irrégulier, lui aussi victime d’une attaque.

Après avoir gagné le procès contre ses agresseurs, l’avocat avait réussi à lui faire délivere un permis de séjour pour raisons humanitaires, sur indication directe du Président de la République, Giorgio Napolitano.

«Nous avons déposé une plainte auprès du procureur de Milan, avec la circonstance aggravante de blessures raciales. J’ai ensuite envoyé une lettre à la société SDA demandant que, quand Diop rentrera au boulot après la maladie, il puisse retrouver un milieu revenu à des conditions civiles. Car ce n’est pas tolérable qu’en Italie il arrive des épisodes de ce genre“.

Diop ne sait pas ce qui l’attend à son reetour au travail, aussi parce qu’alors son histoire aura déjà été rendue publique. Il sait seulement qu’il doit continuer à travailler pour payer les traites de la fourgonnette qu’il a i a dû acheter pour s’occuper de sa femmes et des ses trois enfants.

Je demande seulement d’être protégés et de ne plus jamais être victime de racisme. Parce que l’Italie est mon pays et c’est ici que mes enfants grandissent”.

 

APPLE: Amende de 900 milioni euros par l’Antitrust!

PIRATERIA MARITTIMA: Un’altra nave italiana sequestrata