in

MARATHON: Le kenyan Eliud Kipchoge brise le mur de 2 heures

“Je voulais inspirer tant de gens à dépasser les limites humaines”, a déclaré le super as kenyan.

Cette fois, Eliud Kipchoge, champion du Kenya, a réussi à briser un des murs symboliques du sport. Pour la première fois, un homme court un marathon en moins de deux heures. A Vienne, l’athlète olympique a réussi à parcourir les 42,195 km fatidiques en 1 heure 59 minutes, 40 secondes et 2 dixièmes. Vingt secondes de moins que nécessaire, rien, juste le temps qu’un Bolt – ou presque – prend pour courir les 200 m sur la piste, mais ça suffit.

La performance ne sera pas approuvée comme un record: trop d’anomalies de cette course (que l’entreprise chimique britannique INEOS a inventé “ad personam”) pour être assimilées aux autres. L’exploit reste cependant d’actualité, non seulement parce que ce n’est pas n’importe quel homme qui l’accomplit, mais aussi parce que le champion olympique en titre et détenteur du record du monde officiel: Kipchoge l’a établi, il y a un peu plus d’un an à Berlin, en courant un vrai marathon en 2h 01′ 39”.

Kipchoge, âgé de 34 ans et originaire du comté de Nandi, dans son entreprise qui avait comme théâtre les longues avenues du parc Prater à Vienne, était soutenu par 35 “lièvres” qui alternaient en chemin par groupes de sept: c’est une des raisons pour lesquelles le spectacle ne peut être homologué. L’épreuve a été préparée en détail: les météorologues, par exemple, ont considéré toutes les variables possibles pour permettre à l’athlète de courir dans les meilleures conditions possibles, jusqu’à la dernière minute pour déterminer l’heure de départ, 8h15. Autre anomalie, l’itinéraire consistait en un anneau de 9,6 km, à répéter 4 fois et une fraction. Le tracé a été défait à travers le parc Prater, dans une zone où la densité des grands arbres atténue largement les effets du vent, contraire ou latéral. Sans parler de l’absence d’adversaires capables de perturber ou de rompre le rythme de l’athlète. Les lièvres ont accompagné le champion jusqu’à 500 m de la ligne d’arrivée, le laissant seul pour célébrer l’exploit. Le champion détenait une moyenne de 2′ 50” par kilomètre, une valeur qui fluctuait entre 2′ 48” et 2′ 52”, franchissant la ligne d’arrivée en 59′ 35”, soit 11 secondes en avance sur l’horaire hypothétique.

Chacun de nous, si nous nous préparons dans notre vie, peut obtenir des résultats impossibles“. Ce sont les premiers mots d’Eliud Kipchoge peu après avoir centré dans les rues de Vienne l’exploit de descendre en moins de deux heures dans le marathon. “J’ai voulu inspirer tant de gens, dans l’idée de dépasser les limites humaines, j’ai essayé tant de fois et cette fois j’ai réussi“.

Le phénomène kenyan a comparé le mur de deux heures à la barrière fatidique de 4 mn, que le légendaire athlète britannique Roger Bannister a abattu en 1954. “Après lui, il a fallu encore 65 ans pour écrire l’histoire“, dit-il à la fin de la course, en remerciant les “stimulateurs cardiaques”… souvenez-vous que nous parlons de certains des plus grands athlètes du monde, je les apprécie pour ce qu’ils ont fait“.

Un vrai champion. Eliud Kipchoge est le champion de Rio de la spécialité. Doté d’un corps idéal pour les courses d’endurance (1m 67 pour 52 kg), il a remporté 10 des 11 marathons auxquels il a participé. Il avait déjà tenté de briser le mur des deux heures (toujours avec Ineos et en utilisant une piste sui generis) en 2017, sur le circuit de Monza, manquant le but pour 26 secondes.

Bien que non éligible dans la liste des records, l’exploit a été accueilli avec enthousiasme par le président de l’IAAF (Fédération Internationale d’Athlétisme), Sebastian Coe.

ITALIE – Arrêté un entrepreneur agricole qui, pour faire travailler davantage ses ouvriers… devinez un peu

ITALIE – Fisc: contre l’évasion fiscale une loterie des reçus aux prix alléchants