in

ITALIE – Arrêté un entrepreneur agricole qui, pour faire travailler davantage ses ouvriers… devinez un peu

Comment inciter les ouvriers agricoles à produire plus dans les champs? La solution de cet entrepreneur, arrêté à Terracina, est des plus inouïes. On se croirait encore dans les champs de coton des esclavagistes sudistes.

Les migrants indiens de la campagne de la “Pontina” n’étaient plus seulement forcés de travailler tous les jours pour quelques maigres sous, de dormir dans des cabanes délabrées, de se soumettre au chantage des “caporaux” et même de fumer de l’opium pour endurer la fatigue. Ils ont également fini par se casser le dos à cueillir les légumes, sous la menace d’un fusil, à Terracina. Et s’ils ne le faisaient pas assez rapidement ou essayaient de s’enfuir parce qu’épuisés de fatigue, le “patron” commençait même à tirer.

Terracina comme donc les États d’Amérique du Sud au 18ème siècle. Une histoire formidable sortie de l’enquête de la police locale, a culminé avec l’arrestation d’un agriculteur, Alessandro Gargiulo, 35 ans, accusé d’exploitation professionnelle, menace aggravée avec l’utilisation d’un fusil de chasse, blessures corporelles, détention illégale de munitions et défaut de signalisation d’explosifs.
Propriétaire d’une entreprise, jeune et féroce selon les enquêteurs, le suspect a forcé des ouvriers agricoles de nationalité indienne à travailler dans des conditions inhumaines, aidés par des “caporaux” engagés dans la surveillance dans les champs.

Une enquête a été ouverte après que 5 travailleurs indiens auraient été menacés par leur employeur, qui leur a tiré des coups de feu pour dit-il “les encourager à accélérer la récolte et la transformation des produits”.

Certains avaient même décidé d’arrêter le boulot, ce qui avait fait enrager le jeune “entrepreneur agricole” qui, à la énième défection, Gargiulo s’est présenté au logement des ouvriers agricoles, et a commencé à faire feu, sans heureusement atteindre personne, mais il a aussi poussé jusqu’à pointer son arme à la gorge de tous les occupants.

A la fin, il y a eu le raid de la police, l’arrestation et la dénonciation en liberté de quelques amis de l’entrepreneur pistolero ans qui l’avaient aidé à cacher le fusil.

BADARA SECK: Le chanteur griot sénégalais protagoniste avec la diva malienne Rokia Traoré de l’opéra “Winter Journey” – VIDÉO

MARATHON: Le kenyan Eliud Kipchoge brise le mur de 2 heures