in

Le pakistano-britannique Sadiq Khan deviendra-t-il le premier maire musulman de Londres?

Fils d’immigrants pakistanais, musulman, élevé dans un Hlm à Londres, avec ses 7 frères. Sadiq Khan avait, à la grande surprise, réussi à battre la super favorie Tessa Jowell, ancien ministre et blairiste de fer, lors du vote interne du Parti Labouriste pour choisir leur candidat à la mairie de Londres.

S’il devait etre élu maire de Londres, prenant la place de l’actuel maire Boris Johnson, Sadiq Khan deviendrait ainsi le premier maire musulman de la capitale britannique. Un événement qui pourrait faire l’histoire d’une ville où les immigrés du sous-continent indien sont la plus grande minorité ethnique.

La vie à Londres

«London m’a donné à moi et à ma famille la chance d’une vie meilleure», avait déclaré sadiq Khan (45 ans), tout de suite après l’annonce de la candidature. «Notre plus grande ambition est maintenant d’assurer tous les Londoniens d’avoir les mêmes possibilités.”

De père chauffeur de bus et mère couturière, Sadiq Khan est né à Londres, en 1970. Il a grandi avec ses 7 frères dans une “council house” (Hlm) de la capitale britannique et a étudié le droit à l’Université de Londres. Avocat spécialisé en Droits de l’homme, en 2005, il entre pour la première fois au Parlement, devenant ainsi le premier musulman et le premier homme politique à y parvenir. Ancien ministre de la Justice dans le gouvernement ombre de l’opposition guidée par Ed Miliband, Sadiq Khan a également été sous-secrétaire pour les Communautés ethniques et locales, puis, en 2008, pour les Transports, pendant le gouvernement Gordon Brown.

Le défi

Dans la campagne pour la candidature, Khan a été soutenu par l’ancien maire de Londres, Ken Livingstone. Avec 48,152 votes, ce qui représente 58,9% du total, il avait remporté les primaires du Parti Labouriste, au 5ème tour de scrutin, après avoir éliminé 4 autres candidats.

Le vote du 5 mai l’oppose au député conservateur Zac Goldsmith, le candidat milliardaire désigné par le Parti des Tories.

Anonymous a dévoilé des centaines de noms des adeptes du Ku Klux Klan

En Suède, une femme noire défie 300 néo nazis, le poing levé et devient une icone