in ,

“IMMUNI”: L’installation de l’application sera-t-elle volontaire en Italie

L’installation de l’application “Immuni” ne sera pas obligatoire et il n’y aura aucune limite à la liberté de circulation. Sauvegarde de la vie privée garantie grâce au Bluetooth?

L’application ‘Immuni‘ est le système choisi par le Gouvernement Italien pour suivre et surveiller la contagion du Covid-19 en Italie. La semaine dernière, la décision a été rendue officielle et la controverse a immédiatement commencé: comment fonctionne l’application de recherche des contacts? Qui est Bending Spoons (la maison de logiciels qui le fabrique)? L’installation est-elle obligatoire ou volontaire? La vie privée des utilisateurs est-elle assurée ou devez-vous craindre pour la sécurité des données? Toutes les questions légitimes auxquelles il fallait répondre.

Ces dernières heures, la possibilité d’une installation “presque” obligatoire de l’application a également été redoutée : ceux qui ne l’auraient pas fait auraient eu des problèmes pour pouvoir se déplacer librement. Une nouvelle immédiatement démentie par le gouvernement qui ne veut pas limiter la liberté de circulation des Italiens lorsque la phase 2 sera lancée (en théorie à partir du 04/05/2020).

En ce qui concerne la vie privée, les Italiens n’auront pas non plus à craindre: le choix d’une application qui utilise le Bluetooth au lieu du GPS va précisément dans ce sens. Et aussi en ce qui concerne le stockage des données, nous travaillons sur un système qui respecte les règles du consortium européen PEPPT-PT (Pan-European Proximity Analysis in Respect of Privacy) composé de 130 scientifiques, universitaires et experts en technologie, et qui est en même temps efficace“.

INSTALLATION VOLONTAIRE

Le premier ministre Giuseppe Conte, lors de l’audition à la Chambre et au Sénat le 21 avril 2020, s’est prodigué a dissiper tous les doutes: “Le suivi est nécessaire pour prévenir la propagation du virus. Mais son utilisation se fera sur une base volontaire et il n’y aura aucune restriction pour ceux qui ne le téléchargent pas“. Par conséquent, l’installation de l’application ‘Immuni’ ne se fera que sur une base volontaire et il n’y aura aucune restriction pour ceux qui ne l’utiliseront pas.

Les jours précédents, on supposait que l’application serait utilisée avec des bracelets électroniques pour couvrir le plus grand nombre de personnes, ce qui a été immédiatement abandonné. L’installation d’Immuni reste sur une base volontaire et il n’y aura aucune obligation d’adhérer à un système de recherche des contacts.

SAUVEGARDE DE LA VIE PRIVÉE

Après le choix d’Immuni par le commissaire Arcuri, il y a eu beaucoup de controverses sur la façon dont l’application devait fonctionner et le système choisi pour sauvegarder les données.

L’application d’Immuni utilise le Bluetooth sur le smartphone pour fonctionner. Le choix n’est pas aléatoire: Bluetooth ne suit pas les mouvements des utilisateurs, contrairement au GPS. L’application est basée sur un système de recherche de contacts: via Bluetooth, deux smartphones proches l’un de l’autre échangent des codes anonymes. Des codes qui servent à créer une sorte de journal intime.

REMARQUE: Si l’une des personnes avec qui on a été en contact contracte le Covid-19 et le signale sur l’application, toutes les personnes qu’on a approchées en sont informées. Mais seulement si l’application Immuni est installée et que le Bluetooth est activé.

N.B.: Toutes ces données enregistrées sur le smartphone devraient etre toutefois anonymisées, de sorte à rendre impossible de remonter jusqu’à la personne infectée.

POINTS CONTROVERSES

Certains nœuds restent cependant à dénouer, concernant notamment, l’accessibilité de l’application, le lieu de stockage des données et le nombre minimum de personnes devant adhérer.

Accessibilité de l’application

Un des noeuds à dénouer est tout d’abord, le code de l’application: pour l’instant, il n’est pas clair s’il sera open-source, c’est-à-dire accessible à tous, ou s’il restera secret.

Stockage des données

Un autre nœud est la question de savoir où les données seront stockées, c’est-à-dire sur quel serveur.

Nombre minimum de personnes adhérentes

Dernier point controversé: combien de personnes doivent télécharger l’application pour que le suivi soit efficace et rapide. Selon le ministre de l’Innovation Technologique et de la Numérisation, au moins 60 % des Italiens devraient avoir l’application sur leur smartphone. Le professeur Enrico Bucci (Professeur de biologie à la Temple University de Philadelphie), porte, lui, la limite à 70%.

Mais un problème se pose: ce sont environ 70% des Italiens qui ont un smartphone. Comment convaincre tout le monde d’installer l’application ‘Immuni’?

DÉCLARATION D’IMPÔT: quand remplir et envoyer le “modello 730 precompilato” (Formulaire 730 pré-rempli) en Italie

FOOTBALL: À quand la reprise des championnats après le coronavirus en Italie? Les diktats de l’Europe