in

GHANA: “Les guérisseurs” – Roman de l’écrivain ghanéen Ayi Kwei Armah

Un livre qui dé…livre l’Afrique?

Le roman “Les Guérisseurs” veut contribuer à une bonne démarche de la société africaine, prônant l’unité comme solution aux maux du continent notamment la corruption, selon son auteur, le Ghanéen Ayi Kwei Armah.

Le roman parle de l’unité comme solution à des maux dont souffre l’Afrique et ce livre est une petite contribution à la démarche d’une société“, a-t-il dit lors d’une cérémonie de lancement et de dédicace de son ouvrage, à Dakar.

La communication dont je parle dans le livre est que l’Afrique a une tradition d’unité et cela nous l’avons oublié ou comblé dans une autre tradition qui nous est venue d’ailleurs“, a expliqué M. Armah.

Ce livre raconte l’histoire d’un conflit et d’une régénérescence en se focalisant sur un groupe qui s’est choisi pour vocation de remplacer l’ignorance néfaste qui alimente divisions ethniques, de classe et de castes par la connaissance salutaire de l’unité de l’Afrique“, a noté l’éditeur Per Ankh.

Initialement écrit en anglais, ce roman est axé sur “l’Afrique de la fin du 19ème siècle, trois siècles de guerre esclavagistes qui ont détruit l’Afrique“, a ajouté la maison d’édition.

Le livre est “très fascinant puisqu’il se lit comme un roman d’aventure avec beaucoup de rebondissements et c’est plus un conte philosophique d’ailleurs qu’un roman“, a dit le traducteur Cheikh Amala Diop.

Ayant constaté que leur société est déjà en contact avec les colons et que les démons de la division ont déjà affecté leur société, un groupe de jeunes gens ont décidé de faire comme choix de vie et de métier de devenir des guérisseurs“, a-t-il expliqué.

L’intérêt de se livre est de monter que nous autres Africains, nous souffrons de maux qui nous ont été imposés de l’extérieur“, a souligné M. Diop, qui a noté que ces calamités ont trouvé un terreau facile “dans les défauts et les insuffisances des individus de la société et de certains groupes surtout les élites“.

Toutefois, il soutient que c’est un livre qui finit sur “une note d’espoir pour un romancier jugé sceptique par la critique littéraire“.

A cet effet, l’auteur ghanéen a soutenu que les Africains doivent “se ressaisir” et ramener la société africaine à ses traditions d’union.

L’écrivain, qui est aussi un communicateur, doit discuter avec la société, a dit l’auteur des “Guérisseurs” estimant que sans cette conversation, “il n’y a pas de feedback”.

Dans ce cas, il ne sera pas possible de savoir si la société a mal ou pas.” De ce fait, il a demandé aux intellectuels de faire “l’effort de communiquer avec tout le monde“.

Ayi Kwei Armah est l’auteur de sept romans et d’un mémoire. Il a été tour à tour scénariste pour la télévision au Ghana et enseigné l’anglais. Il était rédacteur en chef de Jeune Afrique Magazine, à Paris.

Armah a étudié à l’Université de Columbia et obtenu une maîtrise en création littéraire. Il vit actuellement à Dakar (Sénégal) précisément à Popenguine, une commune de la Petite-Côte du Sénégal.

TRANSPORTS AÉRIENS: Vers la relance d’Air Guinée avec la compagnie chinoise AVIC International

COMMEMORATION: 3 ans déjà que Michael Jackson a tiré sa révérence