in

FRANCE: L’ex président Jacques Chirac condamné à 2 ans. (Chir…acculé!)

Emplois hors-la-loi!

L’ex président français a été condamné dans les deux volets de l’affaire pour “détournement de fonds publics”, “abus de confiance” et “prise illégale d’intérêt”, sur une vingtaine des 28 emplois litigieux, présumés fictifs de la Ville de Paris, remontant au début des années 1990, quand il était maire de la capitale.

 

L’affaire avait deux volets : l’un, instruit à Paris, portait sur 21 emplois et l’autre, instruit à Nanterre, sur 7 postes. Les emplois en cause ont été rémunérés par la mairie de Paris de 1990 à 1995.

Jacques Chirac était soupçonné d’avoir mis les deniers municipaux au service de ses ambitions électorales et des intérêts de son parti, les emplois litigieux devant servir à élargir sa sphère d’influence. 
Il était à l’époque maire de Paris, président du RPR et préparait la présidentielle de 1995, qu’il a remportée après deux échecs successifs.

Sa condamnation vient surtout clore une controverse au cours de laquelle une grande partie de la classe politique, à droite surtout, mais parfois aussi à gauche, a multiplié les plaidoyers abusifs et les argumentations complaisantes.
Les emplois fictifs utilisés par les élus pour faire fonctionner leur parti, disait-on, sont d’une pratique courante et tolérée. C’est l’impossibilité de se financer légalement qui a engendré ces pratiques, et non la malhonnêteté des responsables.
Les juges sont venus rappeler à bon escient que voler pour des raisons politiques, c’est toujours voler. L’argent des contribuables n’est pas destiné à financer subrepticement la carrière de tel ou tel ambitieux ou le pouvoir de telle ou telle organisation, d’autant plus que la loi a justement prévu depuis de longues années un financement public des partis politiques.
Tolérer l’argent noir dans la politique, c’est faire payer deux fois les Français pour la même chose. On ajoutera que le financement illégal des partis ouvre toute grande la porte de la corruption personnelle, puisque par définition les emplois fictifs et l’argent noir ne sont contrôlés par personne. Chacun sait que la part occulte de l’argent des partis dissimule aussi des manœuvres de népotisme et d’enrichissement personnel.

L’ex-président, qui a sur le fond, «contesté catégoriquement ce jugement», a affirmé,  «avec honneur» qu’«aucune faute ne saurait (lui) être reprochée», a annoncé qu’il ne ferait pas appel, justifiant cette décision par le fait qu’il n’a «plus, hélas, toutes les forces nécessaires pour mener par (lui-même), face à de nouveaux juges, le combat pour la vérité».
Jacques Chirac encourait 10 ans de prison et 150 000 euros d’amende. Sa fille adoptive, Anh Dao Traxel, assistait à l’audience.

En somme, en fin de compte, le pauvre Jacques espérait etre mira…culé, mais ils auront réussi à le Chir…acculer!

MONDIAL CLUBS: Finale Barcelone – Santos, dimanche 18 à 11h30

FRANCE: Honni soit Johnny… “Halli-gay”!