in

DIASPORAS: Les réseaux des immigrés changent l’économie mondiale

Une analyse de «l’Economist» dont le dernier numéro est dédié à l’immigration.

Les attitudes intolérantes envers les migrations ne sont pas nouvelles, mais cette fois, “l’Economist” suggère que les Etats devraient considérer les énormes possibilités économiques représentées par les diasporas.

La réduction des coûts de transports et de la facilité avec laquelle, à travers les nouvelles technologies, on peut rester en contact avec le pays d’origine, outre à avoir encouragé les départs, a permis de renforcer le réseau des communications entre les communautés d’immigrés, offrant un coup de pouce unique à la création de nouvelles richesses dans les pays occidentaux, écrit «l’Economist», qui a consacré sa dernière couverture à l’immigration.

Les Chinois qui vivent en dehors de la Chine sont beaucoup plus que les français vivant en France. Les Indiens dispersés à travers les 5 continents (ou 4, 6, 7 en fonction des visions) sont environ 22 millions. On estime qu’au total, il existe dans le monde 215 millions d’immigrés de première génération, soit les 3% de la population mondiale.

Bien que la migration soit un phénomène croissant, actuellement, ce n’est pas un bon moment pour vivre hors de son propre pays, vu l’hostilité des politiques d’immigration des pays développés.

L’hostilité contre les étrangers est généralement basé sur deux (mutuellement incompatibles) notions: la première est liée à la demande, de la part des immigrés, du soutien de l’Etat (une sangsue pour les finances publiques), et la seconde, parce qu’ils sont prêts à travailler plus pour gagner moins, portant à  une baisse des salaires des personnes les plus pauvres.
La première n’est pas vraie en général (les immigrés ont moins de bénéfices que les nationaux), la seconde est difficile à établir.

Les attitudes intolérantes envers les migrations ne sont pas nouvelles, au contraire elles e répètent  cycliquement, à l’occasion des dépressions économiques, avec la pression qui augmente sur les frontières des pays riches, mais cette fois, les Etats devraient considérer les énormes possibilités économiques représentées par les diasporas.

 

 

 

SPAGNA: Un maggiordomo sbatte la porta in faccia a Re Juan Carlos!

IMMIGRATION: Permis de séjour unique européen