in

DANIELA SANTANCHÉ: La députée italienne de “Fratelli d’Italia” (droite) traite les migrantes africaines de putains à la télé

Invitée de l’émission “Cartabianca” (Carte blanche) sur la chaine nationale italienne RAI, la députée de “Fratelli d’Italia” (Frères d’Italie), Daniela Santanchè, s’est laissée aller à des considérations incroyables, sexistes et xénophobes.

Les 90% des femmes qui viennent en Italie sont des putains“, telle est la phrase choquante prononcée par la parlementaire de droite. On a désormais été tellement habitués à entendre des conneries et des obscénités à la Télé que les paroles prononcées à “Cartabianca” par Daniela Santanchè n’ont secoué personne, elles n’ont pas scandalisé les femmes qui écoutaient ni ont fait enregistrer la moindre réaction politique. En tout cas, faible a été celle de la présentatrice Bianca Berlinguer (par ailleurs, fille du noble père de la gauche italienne Enrico Berlinguer ndlr).

Ça parlait de réfugiés et d’immigrés, de débarquements et de sauvetages en Méditerranée, on était partis d’une histoire de fuite du Sud du monde avec les images d’une femme en larmes, une mère sans nouvelles de son fils, parti avec d’autres désespérés. Et tac! Voilà que scandaleusement, on s’est heurté aux paroles choquantes de la députée de “Fratelli d’Italia”(?), quelqu’un qui n’est certainement pas habitué à vivre dans la misère, quelqu’un dont le niveau de vie est certainement plus proche de celui des sociétés cotées en bourse que de celui des simples mortels. Ce que n’a d’ailleurs pas manqué de lui rappeler le député d’extrême gauche, “Liberi e Uguali” (Libres et Égaux), Nicola Fratoianni présent lui aussi dans le studio.

Vous vous occupez de yachts…“, a-t-il lancé à Santanchè laquelle, heurtée, s’est fâchée, l’insultant et le traitant d’idiot, pour ensuite reprocher à l’hôte présentatrice (probablement une amie de vieille date à elle) de la porter à se confronter avec ce qu’elle a défini un “homoncule”.

Puisque l’intervention de Santanchè est ce qu’elle est (et c’est ce à quoi s’attendre si on l’invite), la députée de “Fratelli d’Italia”, heurtée sur la question des yachts, s’est lancée dans les louanges de la construction navale, pas celle marchande mais celle de plaisance qui lui tient à cœur, basculant comme un rien, des embarcations de fortune des migrants aux luxueuses embarcations des richards. 

Dans un espace de la RAI, service public en profondeur, c’est inouï d’écouter que 90% des femmes qui arrivent en Méditerranée sur les “baignoires” périlleuses, fuyant la faim et la guerre, à travers des tortures et des violences, viennent en Italie pour faire la putain.

Déviant du politiquement correct, les conneries obscènes de Santanchè se prêteraient à des blagues faciles et à des considérations tout aussi escomptées. Et à des jugements pesants. Restant dans le politiquement correct, outre les paroles de la présentatrice, contrainte à faire remarquer à son “invitée” qu’on ne peut pas rejeter un problème comme celui de plusieurs femmes avec des enfants qui viennent en Italie, demeure le problème central sur le gaspillage des espaces d’approfondissement du service public quand on choisit des invités qui plus que faire des réflexions sensées, sèment la pagaille et la zizanie.

C’est ainsi que, d’un rien, on passe du massacre en Méditerranée aux bobads de Santanchè sur les migrantes putains.



ENFANTS: Quand peut-on les laisser seuls à la maison? Voici l’âge recommandé

ÉTRANGERS EN ITALIE (4): Visas d’entrée de court ou long séjour