in

CUBA: Elimination du Ministère du Sucre

De base de l’économie cubaine, le sucre a chuté à 5% des revenus en devises étrangères.

La nouvelle est venue du quotidien “Granma” du Parti Communiste.

La décision semble être le dernier chapitre de la baisse spectaculaire de l’industrie à Cuba, où le sucre était une fois la base de l’économie et ne représente plus que 5% des revenus en devises étrangères.

Cuba a été l’un des plus grands exportateurs de ce produit dans le monde, produisant 8 millions de tonnes de sucre brut par an, mais la dépression, qui a commencé en 1992 avec la désintégration de l’Union Soviétique, ancien bienfaiteur de l’île,  qui payaient le sucre cubain à des prix gonflés, pour stimuler l’économie de l’île. L’effondrement de l’Union soviétique a été un coup mortel pour l’industrie du sucre dont la production prévue, cette année, baissera drastiquement au niveau plus bas du siècle. L’année dernière à Cuba, il a été enregistré la pire récolte de sucre, depuis 1905 et le Ministre du sucre a été limogé.

Cuba est à court de devises fortes et la perte de recettes d’exportation pour le sucre est un coup dur aux efforts d’accroître les exportations et réduire les importations.

Le ministère du sucre est substitué par une société d’État, le “Grupo Empresarial de la Agroindustria Azucarera” (Groupe d’Entreprise de l’Agricuilture Sucrière), similaire à ceux qui opèrent avec des partenaires étrangers dans l’industrie du nickel (Cubaniquel) et le pétrole (Cubapetroleo).

L’objectif est celui de “créer un système d’affaires capable de transformer les exportations en devises fortes pour l’auto financementi“.

Il n’a pas encore été défini si, dans l’organisme, il y aura des investissements privés ou étrangers.

Le sucre a été relégué comme une source de revenus étrangers pour Cuba. Il est actuellement derrière les exportations de services techniques, l’aviation, le tourisme, les communications, le nickel, le raffinage du pétrole, les produits pharmaceutiques et des cigarettes.

Cuba a fermé 71 de ses 156 usines en 2002, subsituant l’allocation de 60% de leurs récoltes à d’autres cultures.

Plus de la moitié des 400 000 travailleurs ont été relocalisés dans d’autres régions et de nombreuses personnes consacrées à la canne à sucre sont restés au chomage. Les industries secondaires telles que les équipements de fabrication et les pneus ont été touchés et n’ont pas encore été récupéreés.

L’année dernière à Cuba, il a été enregistré la pire récolte de sucre, depuis 1905 et le Ministre du sucre a été limogé.

 

 

MADAGASCAR: Gouvernement sans l’opposition

SENEGAL: «La femme-parfum» d’Abdoulaye E. Kane