in

MADAGASCAR: Gouvernement sans l’opposition

Le Gouvernement d’Union Nationale sans l’aval des mouvances Zafy Albert et Marc Ravalomanana.

Le Premier ministre Omer Beriziky qui s’est plaint de la pression que le Président de la Transition exerce sur lui dans le choix et la composition du gouvernement s’est finalement prêté au jeu après quelques tergiversations.

Même si les mouvances du Pr Zafy Albert et de Marc Ravalomanana ont déclaré qu’elles ne participeront pas à ce gouvernement, des membres de leur mouvance ont intégré le gouvernement sans leur autorisation. Botozaza Pierrot est nommé vice-Premier ministre chargé de l’Economie et de l’Industrie.

Ruffine Tsiranana est nommée ministre de la Décentralisation.

Manoro Régis est ministre de l’Education nationale.

Le cas du Dr Randriamiarisoa Joseph est sidérant car il ne sort pas de la liste des ministrables de la mouvance Zafy mais a été nommé.

Bref, ils ont rejoint le gouvernement non pas par la volonté des mouvances politiques mais à titre tout à fait personnel. Six autres membres nommés dans le gouvernement ne sont pas venus à la cérémonie. Ils attendent avec respect le feu vert des chefs de file des mouvances Zafy Albert et Marc Ravalomanana.

Pour les mouvances politiques, le combat continue. Elles ont affiché leur soutien au Premier ministre Omer Beriziky pour que celui -ci assume avec assurance ses pouvoirs.

Néanmoins, la composition du gouvernement qui est présentée officiellement n’est pas conforme à leurs souhaits. Les trois mouvances de Zafy Albert, Marc Ravalomanana et Didier Ratsiraka se retrouvent de nouveau hors du processus.

Le gouvernement Beriziky, tout comme le gouvernement Vital qui l’a précédé, évolue avec les dissidents des mouvances pour paraître d’union nationale, consensuel et inclusif aux yeux de la communauté internationale.

Mais paraître n’est pas être, le changement véritable que les mouvances d’opposition ont espéré ne s’est pas réalisé. Les mouvances ont réclamé le départ de quelques ministres.

Mais Andry Rajoelina les a reconduits à leur poste malgré leur contestation. Aussi, les mouvances ne considèrent-elles pas ce gouvernement qui ne respecte pas la Feuille de route comme étant consensuel et inclusif.

La raison? Il n’est écrit nulle part que le président de la transition dispose de ministères exclusifs. Par conséquent, les deux mouvances politiques d’opposition préfèrent rester hors du processus.

Pour sauver la face, Omer Beriziky a choisi de renouveler la triste expérience de Camille Vital en prenant à son compte les dissidents. En attendant l’autorisation des mouvances.

GABON – FRANCE: “Le scandale des biens mal acquis” de Mike Jocktane

CUBA: Elimination du Ministère du Sucre