in

COTE D’IVOIRE: Nouveaux médias – La blogosphère ivoirienne se réveille

Blog du dialogue!

Longtemps passée sous silence, la blogosphère ivoirienne fait aujourd’hui surface. On lui associe désormais des noms, des figures et des styles particuliers. Elle réclame maintenant une place et un rôle qu’elle entend bien assumer.

altLa blogosphère ivoirienne a véritablement connu son envol avec Israël Yoroba, 30 ans, connu aussi sous le nom de Yoro, et avec Théophile Kouamouo, journaliste ardent à la plume truculente.

Le blog de Théophile parle essentiellement de politique avec des aspects panafricains. La crise ivoirienne (avec la France mise au banc des accusés) y occupe une place de choix, même si quelques fois il aborde des sujets politiques et économiques internationaux. Chez Yoro, coup de gueule, critiques constructives et analyses des sujets de tout ordre se rapportant principalement à la Côte d’Ivoire sont débattus. On n’y va pas seulement pour lire du texte, mais aussi pour écouter des reportages web audio. Yoro et Théo ont des milliers de visiteurs qui les suivent régulièrement.

La pratique du blog était très peu connue en Côte d’Ivoire jusqu’à ce que Théophile Kouamouo initie un projet de formation des passionnés d’écriture, des étudiants en journalisme et des journalistes sur le blog. La mayonnaise a pris ; une myriade de blogueurs ont vu le jour.

Bien motivés à porter haut le flambeau, en dehors des sentiers battus et des sillons tracés par lesmaîtres, la nouvelle génération de blogueurs s’est inventé un style neuf et décontracté. Désormais, on sort de plus en plus des généralités pour créer des blogs thématiques, des blogs qui traitent de sujets précis où on laisse aussi jouer l’humour.

Des noms comme Polman, Antoine Mian, Fleure N’Doua, Yehni Djidji, Edith brou, Bacely Yorobi, Donatien Kangah, Cyriac Gbogou, pour ne citer qu’eux, apparaissent quand on parle de blogosphère ivoirienne.

Roland Armel N’deploman, plus connu sous le nom de Polman, est graphiste et illustrateur de presse. Sur son blog, il traite de l’actualité ivoirienne, avec moins de mots, beaucoup de graphisme, et encore un peu plus d’humour. L’humour, c’est aussi l’approche qu’a choisie Fleure Ndoua. Cette jeune linguiste tourne en dérision tous les sujets d’actualité et les aborde en nouchi, l’argot urbain ivoirien parlé en dehors des milieux académiques.

Le blog du docteur Antoine Mian, lui, parle exclusivement d’éducation et des défis de l’école ivoirienne (primaire, secondaire, universitaire). Celui du jeune Bacely Yorobi, la vingtaine entamée, aborde essentiellement les questions liées à la révolution technologique et aux nouveaux médias.

Ce dernier lutte pour la réduction de la fracture numérique nationale qu’il met au compte du déséquilibre entre le SMIG (Salaire minimum interprofessionnel garanti) et le coût de l’abonnement mensuel à Internet. “La connexion n’est pas accessible pour un Ivoirien moyen qui vit en moyenne avec 40 000 CFA (60,98 Euros) valeur approximative du SMIG quand l’abonnement est à 20 000 CFA (30,49 Euros)” affirme Bacely.

Malheureusement, le coût élevé de la connexion internet a poussé de nombreux blogueurs à devenir moins présents dans la blogosphère ivoirienne ou à la quitter tout simplement. La rentabilisation du contenu aurait pourtant pu permettre à bon nombre d’entre eux de s’y maintenir.

Comme le souligne Donatien Kangah, community manager bien connu, la monétisation des contenus reste un défi majeur pour la quasi-totalité des blogueurs. ‘”Lorsqu’on aura trouvé un modèle économique viable et durable pour les blogs comme c’est le cas pour les sites web, les choses connaitront un sérieux boom“, affirme Donatien.

Pour le moment, les blogueurs ivoiriens préfèrent se serrer les coudes. Avec des organisations de blogueurs, de web-designers et de passionnés d’Internet comme Akendewa, c’est régulièrement qu’ils se retrouvent au cours d’événements pour échanger les bonnes pratiques et expériences du web.

SENEGAL: La ziarra annuelle de Nguick démarre le 13 décembre

MALI: Django Sissoko nommé premier ministre (Vidéo)