in ,

CORONAVIRUS: Revenu de quarantaine pour tous en Italie? La proposition d’un économiste et d’un banquier

alt

La proposition est destinée à être débattue mais, selon son créateur, pour une crise et une urgence aussi profondes, il est nécessaire de mettre en place des mesures extraordinaires. Le risque est que lorsque l’urgence du Coronavirus sera passée, le plus tôt possible (espérons-le), la situation économique sera tragique et peu d’entreprises pourront redémarrer immédiatement.

C’est pourquoi Gianmario Cinelli, chercheur chez Bocconi à Milan, et Antonio Costagliola, vice-président de la banque d’investissement Equita, ont proposé de créer le Revenu de quarantaine, une forme de soutien qui, contrairement au presque homonyme “Reddito di cittadinanza” (Revenu de citoyen), s’adresse à l’ensemble de la population, qu’il s’agisse d’un salarié, d’un travailleur indépendant ou d’un entrepreneur. De cette façon, selon les deux économistes, les entreprises n’éroderont pas leurs actifs et les familles pourront encore “survivre” pendant quelques mois.

QU’EST-CE QUE C’EST?

Si le revenu de citoyenneté mis en place par le ministre du développement économique de l’époque, Luigi Di Maio, était destiné à permettre aux couches les plus faibles de la population d’avoir une source de revenus en attendant de trouver un emploi, le revenu de quarantaine est destiné à assurer la “survie” de tous jusqu’à ce que l’urgence liée au Covid-19 soit passée. Selon les auteurs de la proposition, la mesure devrait prendre la forme d’une subvention de 751 euros à verser à toutes les familles italiennes pendant les prochains mois, jusqu’à ce que la situation puisse revenir à la normale (ou presque).

UTILITÉ

La stratégie élaborée par les deux économistes suivrait celle des animaux qui hibernent pendant les mois les plus froids de l’année, réduisant leurs fonctions vitales au minimum, pour dépenser le moins possible et se réveiller en pleine (ou presque) forme au début du printemps. Avec les revenus de la quarantaine, chacun (fonctionnaires, employés privés, indépendants et entrepreneurs) devrait entrer dans un état d'”hibernation” qui lui permettrait de ne pas avoir à éroder ses économies.

Ainsi, lorsque la crise sanitaire (et la crise économique émergente) sera terminée, les entreprises et les ménages disposeront des liquidités nécessaires pour relancer l’économie, tant du côté de l’offre que de la demande. Une solution gagnant-gagnant, en somme, au moins pour les “acteurs passifs” de l’histoire. Le coût le plus important devrait en fait peser sur les caisses de l’État.

COÛTS POUR L’ÉTAT

Comme il s’agit d’une mesure universelle, destinée à toutes les familles, sans distinction d’emploi ou de revenu, les caisses de l’État devraient supporter un coût très élevé. Selon les calculs des deux proposants, les revenus de la quarantaine coûteraient environ 19 milliards euros par mois. Si la mesure devait être garantie pour un quart, comme le proposent Cinelli et Costagliola, la facture finale serait d’environ 58 milliards euros.

Bien entendu, les dépenses ne seraient pas entièrement déficitaires. Au contraire: selon les deux économistes, pendant cette même période, l’État devrait suspendre le paiement des salaires des fonctionnaires, des pensions et d’autres formes de soutien (comme le “Reddito di cittadinanza”). Ce faisant, elle serait en mesure de récupérer environ 80 milliards euros, avec un solde positif de 22 milliards euros.

Bref, on devrait tous se serrer la ceinture pendant un certain temps (les entreprises aussi suspendent le paiement des salaires de leurs employés) pour mieux se sentir pendant l’été, lorsque l’économie devrait redémarrer.

CORONAVIRUS: Peut-on faire une course ou une marche au dehors? Les nouvelles règles pour les sports de plein air en Italie

CORONAVIRUS: Comment donner le sang pendant l’urgence du Covid-19 en Italie