in

BURKINA FASO: Quelle mine a qui mine ces gamines?

Lutte contre le mariage précoce – Des leaders coutumiers à l’école de la promotion de la famille.
La salle de conférence de la mairie de Gorom-Gorom a abrité un atelier de formation sur le mariage précoce organisé par la Direction de la Protection et de la Promotion de la famille du Ministère de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale au profit des Autorités coutumières et Religieuses de la province de l’Oudalan et des leaders d’associations.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier de formation a été présidée par le préfet du Département de Gorom-Gorom, représentant le Haut-Commissaire de la province c’était en présence des autorités administratives, coutumières et religieuses et des leaders d’associations communautaires.

L’atelier avait pour objectif général de «renforcer des connaissances des leaders coutumiers et religieux sur le mariage précoce, afin de susciter leur adhésion et leur implication pour mettre fin à la pratique dans la localité».

Le directeur de la Protection et de la Promotion de la famille, M. Emile Zabsonré a entretenu les participants sur les acquis du projet «Elimination du mariage précoce au Burkina Faso: un plan pour la protection, le renforcement et l’action communautaire». Le communicateur a fait l’état des lieux, l’ampleur, les causes et les conséquences du fléau et les pistes de solution, éclairant ensuite les participants sur la prise en charge psychosociale et l’appui juridique des cas de victime de mariage précoce.

Si le Directeur Régional de l’Action sociale et de la Solidarité Nationale du Sahel, M. Moussa YODA a dirigé les échanges sur «Le mariage civil, l’état des droits de l’enfant», le premier responsable de l’éducation nationale dans la région du Sahel, M. Charles YONI a prôné «L’éducation des filles comme alternative au mariage précoce».

La dernière communication avec pour thème «Le traitement des infractions contre la famille et les bonnes moeurs : le cas du mariage précoce» a été donnée par le Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Dori.

L’atelier a été un véritable cadre d’échanges et de partage d’expériences avec les leaders et à l’issu d’échanges francs et constructifs, le chef de Canton de l’Oudalan, porte parole de la communauté de la Province, a pris l’engagement ferme de soutenir toutes les formes de luttes contre le mariage précoce. C’est par cette adhésion salutaire que la formation a pris fin au terme de deux jours d’échanges à la satisfaction générale.

KOFFI OLOMIDE: «Abracadabra!» “Back” dans le bac!

JACQUES CHIRAC: Quel effet aura sa condamnation sur les chefs d’etat africains?