in

BURKINA FASO: Campagne nationale de reforestation 2012 à Koudougou

Arrestation de la déforestation!

La campagne nationale de reforestation 2012 au Burkina Faso a été lancée à Koudougou, place du gouvernorat, sous la présidence de Luc Adolphe Tiao, Premier ministre et ce, en présence de plusieurs membres de son gouvernement et d’une population de la région du Centre-Ouest fortement mobilisée. «Jeunesse et environnement pour un développement durable», tel est le thème retenu cette année.


La campagne nationale de reforestation, ponctuée de salves des chasseurs de la région et surtout de la prestation musicale du directeur régional de l’Environnement et du Cadre de vie du Centre-Ouest, Sibiri Kaboré, a été bien accueilli par les populations de la région et particulièrement les acteurs environnementaux. Et la personne la mieux placée pour traduire cette satisfaction a été le maire de Koudougou, Jérôme Zoma, qui a rassuré qu’aucun effort ne sera ménagé pour accompagner les actions de la campagne.

Le président du conseil régional de la jeunesse du Centre-Ouest, N’Do Timothée, au nom de tous les jeunes du Burkina Faso, a exprimé les engagements de la jeunesse sur 3 points essentiels en faveur de l’environnement à savoir: planter et assurer la protection des plants, promouvoir l’écocitoyenneté et mobiliser les mouvements et associations de jeunesse pour des actions concrètes en faveur de l’environnement.

Contrairement aux campagnes passées où l’importance se mesurait au nombre de plants mis en terre, cette année, la campagne épouse une autre philosophie. Le ministre de l’Environnement et du Développement durable a appelé à une plantation responsable afin de garantir la survie des plants.
Pour Jean Couldiati, il ne s’agira pas cette année de planter des hectares de plants, mais de planter le minimum ou le maximum selon sa conviction et de pouvoir les entretenir de façon à garantir leur bonne protection et surtout leur survie.

Le ministère prévoit doter les institutions, les ministères, les organisations accréditées au Burkina… de mille (1000) plants par structure. Ceci dans le but de les amener à planter et à entretenir correctement ces arbres. L’analyse de l’impact des reboisements menée depuis montre que d’importants acquis ont été enregistrés.

On peut citer, entre autres, la prise de conscience de plus en plus manifeste des populations des questions de désertification, l’accroissement du nombre d’espèces locales plantées, l’engagement politique des plus hautes autorités de l’Etat, la récupération d’importantes superficies de terres dégradées…

Pour consolider les acquis des campagnes, l’accent sera mis sur les plantations dans les espaces administratifs afin de responsabiliser davantage les départements ministériels et institutions à l’entretien. Egalement la poursuite des actions promotionnelles telles la foire de l’arbre, l’école verte, la ville verte, l’université verte…

Le Premier ministre a par la suite donné le top de départ de la campagne nationale de reforestation en plantant son arbre dans le domaine du gouvernorat de Koudougou.
Il a, par la même occasion, invité les Burkinabè et particulièrement la jeunesse à faire preuve de citoyenneté en participant activement à la réussite de cette campagne. La fin de la cérémonie a été marquée par la visite de la rue marchande où différents produits environnementaux ont été exposés.

R. D. CONGO: Eglise Evangélique – 5ème COREF (Convention pour la Restauration de la Femme)

ANTHONY DAVIS: L’ espoir de la NBA veut faire de son “monosourcil” une marque déposée