in

AFRIQUE DU NORD: Le printemps arabe a viré à l’automne!

L’automne tonne?

On peut désormais se permettre ce constat : il est plus facile de chasser un dictateur que de gérer l’après-dictature. Depuis l’autodafé du jeune Tunisien de Sidi Bouzid et le départ de Ben Ali, en 2011, la Tunisie peine à se dépêtrer des turbulences : dans ce pays, manifs et assassinats politiques rythment désormais la vie nationale.

altA l’évidence le parti islamiste au pouvoir ahane à maintenir l’unité nationale et, pour ne rien arranger, multiplie les bourdes ; ainsi en est-il des assassinats de deux icônes du landerneau politique : Chokri Belaïd, tombé sous des balles le 6 février 2013, et Mohamed Brahmi, tué le 25 juillet courant.

A qui profitent ces crimes? On a beau cultiver la prudence ou être frappé de cécité politique, les regards se tournent naturellement vers la troïka islamiste qui tient les rênes de la Tunisie : le Congrès pour la république (CPR), Ettakatol et naturellement Ennahda.

Le président Moncef Marzouki s’en défend, mais jusqu’à preuve du contraire, une certaine opinion estime que l’aile dure des salafistes, qui entretient des relations avec Ennahda, n’est pas blanche comme neige dans l’élimination de ces opposants empêcheurs de gouverner rond.

A plusieurs milliers de km de là, l’Egypte, autre contrée où a soufflé la bourrasque de la révolution arabe, n’est pas mieux lotie.

Ballotée depuis la chute de Moubarak entre les frères musulmans, l’armée et les autres, le “don du Nil” n’en finit pas de charrier violences et prurits sociaux divers.

Les militaires, véritables maîtres du pays avec à leur tête le général Al Sissi, vont-ils aller jusqu’au bout de l’épreuve de force? Les coreligionnaires de Mohamed Badie, guide suprême des frères musulmans, autrement dit les pro-Morsi, n’ont à présent que deux choix: se barricader dans la logique de l’affrontement, posture suicidaire, en continuant d’occuper la place Rabaa-Al Adawuya, ou se retirer des rues et trouver un modus vivendi avec la Grande Muette.

En tout cas le temps joue contre la confrérie, le rapport de forces n’est pas en sa faveur, et elle doit tirer leçon des massacres du 8 juillet dernier où 51 pro-Morsi furent tués par la garde républicaine.

C’est pourquoi l’appel du recteur de la grande mosquée d’Al Azar, qui invite les Frères musulmans à négocier, devrait être pris au sérieux. Quand on sait ce que représente Al Azar, ce n’est pas rien.

Pour le moment, le général Al Sissi, qui semble prêcher dans le désert, pourrait encore montrer du muscle.

En définitive le blocage est évident en Egypte, tout comme il est clair que la révolution de l’après-Moubarak a tourné court ; de même qu’en Tunise, où les vents du changement ont été peut-être trop violents ou pas très bien maîtrisés.

MALI: Ibrahim Boubacar Kéita est le nouveau président

MONDIAUX D’ATHLETISME: L’Ethiopien Aman champion du monde du 800 m