in

TUTELLE DES MINEURS: Adoption islamique – L’Italie reconnaitra la “kafala” islamique!

Ad…option islamique!

L’Italie aussi va reconnaitre la “kafala”, le principal instrument avec lequel les pays musulmans sauvegardent les mineurs abandonnés ou en difficulté. Accord du Parlement Italien à la ratification d’une convention internationale: le mineur pourra arriver en Italie et aura un permis pour placement en famille.

alt

L’Italie aussi va reconnaitre la “kafala”, le principal instrument avec lequel les pays musulmans sauvegardent les mineurs abandonnés ou en difficulté. Accord du Parlement Italien à la ratification d’une convention internationale: le mineur pourra arriver en Italie et aura un permis pour placement en famille. Pour la Lega Nord (Ligue du Nord): “C’est une capitulation à l’Islam, on se planque le burqa sur la tête!” Le Droit islamique n’admet pas d’adoption parce qu’il ne reconnait pas les liens entre parents et fils différents de ceux biologiques.

Cependant, avec la “kafala” stipulée devant un juge ou un notaire, un mineur (makfoul) peut être confié à une personne (kafil) qui prendra soin de lui jusqu’à l’âge majeur, comme ferait un géniteur.

En Italie, où la loi ne le prévoit pas, jusque-là, la “kafala” a été un problème. Il a fallu par exemple, les verdicts des juges parce que certains “kafil” immigrés puissent porter les mineurs en Italie avec un regroupement familial. Et divers citoyens italiens d’origine étrangère, n’arrivant pas à faire reconnaitre la “kafala”, restent à l’étranger pour ne pas se séparer de leur “makfoul”.

Les choses vont changer. Du Parlement Italien, est arrivé en effet le premier ok (la balle est maintenant dans le camp du Sénat) à la ratification de la “convention sur la responsabilité parentale et les mesures de protection des mineurs”.

La principale nouveauté du projet de loi se trouve justement dans la reconnaissance de la “kafala” dans la Loi italienne, qui sera encadré comme “placement en famille ou assistance légale du mineur”.

Si l’enfant ou le jeune est en état d’abandon, la procédure pour la reconnaissance passera à travers la Commission des Adoptions Internationales.

Si au contraire, il n’est pas en état d’abandon, c’est le Ministère de la Justice qui s’en occupera, à travers le Tribunal des Mineurs.

Dans tous les deux cas, les autorités italiennes dialogueront avec les autorités étrangères et évalueront si la famille est adéquate à accueillir le mineur.

Une fois reconnue la “kafala”, le mineur pourra entrer en Italie et on lui délivrera un “permis de séjour pour assistance légale” de la durée de 2 ans, renouvelable pour d’autres biennats, si les conditions sont encore remplies.

A 18 ans, le permis de séjour de séjour pourra être converti en un permis de séjour d’études, d’attente d’emploi ou de travail, comme pour les mineurs étrangers non accompagnés.

Au Parlement, le projet de loi est passé avec les votes de tous les partis, excepté celui de la Lega Nord. Le député léghiste Luca Rondini a parlé de “capitulation face à une religion qui a démontré d’être incompatible avec les principes basilaires des démocraties occidentales”. Sur le même diapason, son collègue Luca Buonanno, fraichement élu au Parlement Européen, avait lui, de son coté,  promis, en signe de protestation, de se présenter à Strasbourg, coiffé un “burqa” sur la tête. 

Elvio Pasca

PECHE: Une opportunité de développement pour l’Afrique

CENTRAFRIQUE: L’UE lance un premier fonds fiduciaire multidonateurs