in

TRANSFERT D’ARGENT: Révoquée la taxe de 2% sur les transactions des immigrés sans papiers

Marche arrière du Gouvernement italien: “C’est une taxe inutile et nuisible“.

La taxe de 2% imposée aux transferts d’argent des clandestins a été éliminée car elle est contraire aux obligations internationales, discriminatoire, et fait entrer dans les caisses moins qu’elle ne coûte.  La Lega Nord a ainsi été désavouée.


La taxe sur les transferts d’argent des immigrés clandestins est inutile et contre-productive, et doit être éliminée. Premièrement, notent les experts qui ont préparé le décret, une nouvelle taxe sur les transferts d’argent désavoue les engagements pris par l’Italie.

En 2009, au G8 de L’Aquila, le gouvernement dirigé par Silvio Berlusconi avait en effet promis de baisser les coûts des transferts d’argent, qui sont un instrumentl important pour le développement des pays pauvres.

Toujours en 2009, le Paquet Sureté (créature du ministre léghiste Roberto Maroni), qui impose à qui transfère de l’argent à l’étranger de montrer le permis de séjour. Et cela déjà “rend vain tout effet de majeurs revenus pour l’État“. En outre, les restrictions augmentent “le recours à des formes et instruments hors de contrôle et sans trace“.

Et que dire des effets sur ceux qui n’ont rien à cacher? C’est tracassant de montrer, à chaque envoi, le matricule INPS et le code fiscal, et en outre les opérateurs de transfert d’argent doivent également affronter a également de nouvelles dépenses pour les papiers, l’information et la formation du personnel, qui sont susceptibles d’être déchargés sur tous les clients.

Les experts rappellent aussi que la nouvelle taxe encouragera l’utilisation des «hommes de paille», c’est-à-dire des gens avec les papiers en règle qui envoient l’argent des clandestins, “avec des conséquences négatives en termes de blanchiment d’argent de contrôle et le terrorisme“.

En plus la nouvelle taxe ne favorise pas la concurrence dans le transfert d’argent, car elle augmente les coûts et donc “pénalise l’entrée de nouveaux acteurs” sur le marché.

Selon les premières estimations, cette taxe de 2% sur les transferts d’argent des clandestins porteraient au maximum 20 millions d’euros par an, dans les caisses de ‘État, un gain plutot “négligeable”, ce qui ne justifie pas les coûts imposés sur le système pour les ajustements nécessaires.

Trop peu, surtout, pour ce qui semble aux experts “une discrimination sans fondement économique ou juridique” qui frappe “les sujets les plus vulnérables et exposés à l’exploitation“.


Elvio Pasca

 

CALIFORNIA: Ouverture des universités aux clandestins aussi

PERMIS DE CONDUIRE: Record de points perdus en une seule fois