in

SILVIO BERLUSCONI BOHAENE: Un immigré ghanéen a donné le nom du premier italien à son fils

Pap Bohaene: ”C’est un grand leader politique et tout en lui me plait”.

Non, ce n’est la plaisanterie énième fois sur le président du conseil d’administration. Silvio Berlusconi Bohaene est le nom du fils d’un Ghanéen ouvrier mécanique de 36 ans.

Silvio Berlusconi a 8 ans, d’origine africaine et vit avec sa famille à Modena. Son père, Anthony Bohaene, l’a appelé “Silvio Berlusconi, pour lui donner, dit-il, le nom d’un «grand leader politique, en qui tout me plait et à qui je dois mon permis de séjour».

L’histoire a immédiatement suscité beaucoup de curiosité et d’attention, même celle, parait-il, du président Berlusconi en personne, qui semblerait avoir été agréablement surpris par la nouvelle.

Anthony Bohaene était au Ghana un chanteur populaire de “high-life”, avec le nom de B. Brown. Il est arrivé en Italie en 2002, et après deux ans à Palermo, il s’est établi à Modena, avec ses deux fils ainés: Nanami (16 ans) et Isaac (8 ans).

Le cadet (5 ans), l’avait rejoint après un mois. Au moment de l’enregistrement à l’état civil, Bohaene n’a pas hésité et l’a appelé Silvio Berlusconi, sans apparemment, aucun commentaire de la part de l’officier municipal.

«A la maison, le choix a été bien accueilli et chez les collègues de travail aussi. Le Premier ministre me plait beaucoup, sa façon de parler, de se comporter, même si je n’y comprend pas grand-chose à la politique».

Bohaene Bersani a déclaré ne pas conaitre Bersani, le chef de l’opposition.

«Pour mon petit Silvio Berlusconi, je rêve un futur de président. Du Ghana ou de l’Italie. Je veux qu’il fasse des études politiques, qu’il soit bien préparé».

C’est sûr qu’avec un nom comme ça, cet enfant ne passera pas inaperçu. Et si d’un coup, devaient se réaliser les rêves de papa, il pourrait même décrocher deux records: être le second président Berlusconi, et de surcroit, noir. En somme un “Berlusconero!”

 

Elvio Pasca

 

ADMINISTRATION ET INTERCULTURALITE: Milano adhère au Réseau des villes interculturelles

PABLO OSVALDO: Oriundo non è orrendo!