in

SÉNÉGAL: Ouverture du procès “le Joola” en France

Unité contre l’impunité!

Le Joola avait coulé le 26 septembre 2002. Avec l’ouverture du procès devant le Tribunal d’Evry en France, la Ligue Sénégalaise des Droits Humains tient à saluer la longue lutte de l’humanité contre l’impunité et qui a généré, aujourd’hui, deux mécanismes principaux à savoir la Compétence universelle et la Cour pénale internationale.

Elle estime que n’eut été le mécanisme de la Compétence universelle, sans doute, le droit à un procès, le droit pour toute victime de voir sa cause être entendue par un tribunal, de milliers de personnes sénégalaises et étrangères auraient été bafouées sans aucun recours possible. Les militants des droits de l’homme espèrent ainsi que les dirigeants africains, par ce dénouement aussi tragique que l’avènement du naufrage du bateau Le Joola, pourront comprendre que la politique de l’impunité ne saurait plus prospérer et va inéluctablement sombrer dans les ténèbres de l’obscurantisme.

Aujourd’hui, dans l’affaire du Joola, il est question de l’injustice infligée aux familles des victimes avec le classement sans suite de leurs dossiers par le Sénégal, la renonciation aux poursuites moyennant pactole, ainsi que la ‘récupération politique’. D’où le combat des avocats sénégalais constitués dans la cause, pour l’annulation des mandats d’arrêt qui planent sur la tête de personnalités sénégalaises.

En effet, l’ancien Premier ministre, Mame Madior Boye, et l’ex-ministre des Forces armées, Youba Sambou, sont mis hors de cause, suite à l’annulation des mandats d’arrêt (par la Cour de cassation de Paris, en janvier 2010) qui leur a été décerné par la justice française, pour leur responsabilité présumée dans le naufrage du Joola. Le fonctionnaire international Gomis Diédhiou (ex-chef du Bureau de la sécurité maritime), a récemment été arrêté à l’aéroport Roissy de France avant de faire l’objet d’une libération.

Aujourd’hui, des mandats d’arrêt internationaux planent encore sur la tête de personnalités sénégalaises, avec notamment le chef d’Etat-major des Forces armées, Babacar Gaye, le chef d’Etat-major de la Marine nationale, Ousseynou Kambo, le chef d’Etat-major de l’Armée de l’air, Meïssa Tamba, le chef d’exploitation, Modou Siguine, le directeur de la Marine marchande, Abdoul Diop.

 

 

AFRIQUE – INDE: Enveloppe de 250 000 milliards CFA pour le continent

TUERIE DE TOULOUSE: Le «tueur au scooter» présumé cerné par la police