in

SÉNÉGAL: Manifestations pour le départ du Président Wade

Le Sénégal est en train de sombrer dangereusement dans la spirale de la violence.

La validation de la candidature du Président Abdoulaye Wade par le Conseil Constitutionnel a mis le mouvement M 23 dans le désarroi. Très déçu par cette décision, l’opposition s’est mobilisée, hier soir  à la place de l’obélisque, pour s’opposer pacifiquement au troisième mandat de Wade.

Cette manifestation, qui a vu la présence de tous les leaders de l’opposition (Idrissa Seck , Youssou Ndour dont la candidature a été rejetée, Alioune Tine de la société civile, Moustapha Niass, Cheikh Bamba Dièye, Macky Sall, etc.), a dégénéré, lorsque que certains ont voulu marcher vers le palais, devant le refus catégorique des leaders du M23, enclins à préserver le pacifisme de la manifestation.

Les forces de l’ordre sont intervenues dans le seul but, dit-on, de disperser la foule. Hélas! Fonçant à vive allure sur les membres du M23, le camion de la police «dragon» écrasa mortellement Mamadou Diop, un étudiant  de 32 ans en master à la faculté de Lettres. Ce fut la débandade totale dans les rue de Dakar. Les jeunes essayaient de résister, tant bien que mal, aux lacrymogènes de la police. Jusque tard dans la nuit la fumée des engins envahissait la place de l’Obélisque et certains quartier de Dakar. Les nombreux blessés évacués par les ambulances, aidés par les agents de Croix rouge, n’en finissaient pas leurs allers-retours entre le lieu des affrontements et les hôpitaux qui recevaient  les blessés. Le quartier de Colobane où le policier Fodé Ndiaye a été tué, vendredi dernier, était, également, transformé en champ de bataille opposant forces de l’ordre et jeunes manifestants. Pour éviter de tomber dans le piège des jeunes en furie, cette fois, les policiers ont évité de rentrer dans les rues et ruelles souvent sans issues.

Au total, pour le moment, les manifestations contre la candidature controversée de Me Wade ont fait cinq morts: un policier à Dakar, vendredi dernier, trois personnes à Podor, lundi et, hier, cet étudiant en année de master, mortellement écrasé par un camion de la police, à la place de l’Obélisque et une jeune fille..
Cette situation très alarmante a été déplorée par certains leaders politiques comme  le Professeur Aissatou Sow Sidibé,  candidate à la  présidentielle de 2012 qui a appelé les politiciens, le gouvernement , le peuple sénégalais au calme. Nous prions pour le repos de l’âme des morts.

 

SOUS L’ARBRE A PALABRES


Moustapha: «Nous les sénégalais de la diaspora nous sommes conscients de la lutte que vous menez, nous sommes avec vous , mais il faut savoir qu’on ne peut rien obtenir dans la violence. Soyons calme, trouvons une autre façon, même s’il le faut, nous devons dialoguer. Quant à Wade nous lui demandons de se retirer de la présidentielle. Que la paix revienne au Sénégal ».
Mme Guéye: «Je demande au Président Wade de quitter en paix. Il est agé, il doit maintenant laisser la chance aux jeunes, nous voulons vraiment la paix. Il y a eu cinq morts, il faut que la violence cesse»

Aliou Sow: «C’est l’opposition qui manipule les jeunes, mais les gens doivent reconnaître que Wade a beaucoup fait pour notre pays. C’est pas la peine de sortir dans les rues, de brûler ou de casser des choses qui nous appartiennent. Le Conseil Constitutionnel a déjà tranché, faisons la campagne et ensuite votons. Que le meilleur gagne et que la paix règne au Sénégal»
Ousmane: «Tous les sénégalais sont indignés par ce qui se passe dans notre pays, nous en souffrons plus, nous les sénégalais de la diaspora. Les images que nous voyons sont honteuses; le Sénégal a toujours été un exemple de démocratie dans le continent. De grâce, faites en sorte que la paix continue a régner dans notre pays que aimons tous. Je demande aux chef religieux et catholiques de parler au peuple mais également aux leaders politiques pour que ayons la paix, rien que la paix!»

Ndèye Fatou Seck

PROJET BIOHYST POUR L’AFRIQUE – “GRAFFITI”: Exposition collective de peinture (Association VersOltre) à Rome

FESTIVAL RAPANDAR (SÉNÉGAL): Rapport spécial sur l’état du festival par le Président