in

SÉNÉGAL: Macky Sall va dissoudre l’Assemblée nationale?

L’Assemblée sera-t-elle… “Salluée”!

Le président élu Macky Sall va dissoudre l’Assemblée nationale si le Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition), qui détient la majorité au sein de cette chambre, ne veut pas d’un report en juillet des élections législatives initialement prévues le 17 juin, a déclaré l’un de ses conseillers, Mahmoud Saleh.

Ils (les élus PDS) viennent de nous notifier leur refus catégorique […] d’un consensus devant permettre le report des élections législatives au 1er ou 8 juillet. Nous prenons acte […]. Le président Macky Sall [fera], une fois installé, ce que la loi lui autorise: aller vers la dissolution de l’Assemblée nationale“, a dit M. Saleh à des journalistes.
Mahmoud Saleh déclare avoir été mandaté par Macky Sall pour s’entendre avec le PDS sur le report des législatives. L’ancien ministre de la Santé Eva Marie Coll Seck, conseillère spéciale de M. Sall, s’est montré dimanche favorable au report des élections législatives.
Reporter les législatives, “c’est une idée à laquelle il (Sall) réfléchit. Je ne suis pas au courant d’une décision prise à ce sujet. […] Cela permettrait aux partis et aux personnes de s’organiser. Cela nous aiderait à prendre le temps de doter le Sénégal d’une assemblée qu’elle mérite. Je ne serai pas du tout contre [le report]“, a dit Mme Seck à l’émission Grand Jury de la radio privée RFM.
Selon elle, certains partis politiques ne sont pas en mesure de préparer leurs listes avant le 7 avril, délai indiqué pour les déposer au Conseil constitutionnel.
Lors d’un “congrès extraordinaire”, le Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition), majoritaire à l’Assemblée nationale, a lancé un appel au respect du “calendrier républicain” par le nouveau régime, autrement dit, la tenue des élections législatives à la date déjà annoncée (17 juin).
Je l’avais souvent entendu parler du +respect du calendrier républicain+. C’est alors l’occasion de le respecter“, a affirmé Abdoulaye Wade, secrétaire général du PDS, parlant de Macky Sall, qui a remporté le second tour de l’élection présidentielle devant lui, avec 65,8% des suffrages. M. Wade présidait les travaux du congrès du PDS.
Le constitutionnaliste Ismaïla Madior Fall a indiqué que le président élu Macky Sall pouvait faire usage de l’article 87 de la Constitution du Sénégal pour dissoudre l’Assemblée nationale.
Selon l’article 87 de la Constitution, après son investiture, Macky Sall “peut, après avoir recueilli l’avis du Premier ministre et celui du Président de l’Assemblée nationale, prononcer par décret la dissolution de [ladite chambre]“, a fait savoir M. Fall, qui enseigne le droit constitutionnel à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).
Deux possibilités s’offrent au président Macky Sall, a dit Mahmoud Saleh: convoquer le collège électoral par un nouveau décret fixant la date des législatives le 1er ou le 8 juillet ou dissoudre l’Assemblée nationale.

SOMALIE: Un jeune réfugié somalien, future star de hip hop

SÉNÉGAL: Abdoul Mbaye, un banquier à la Primature