in

SAHARA OCCIDENTAL: 2014 – Année de soutien au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination

Sahara…oui ou non?  

L’année 2014, a connu un large soutien pour le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, à travers la résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies d’avril, appelant à trouver une solution juste au conflit au Sahara occidental qui garantit l’autodétermination du peuple de la dernière colonie en Afrique. 

alt

Dans ce contexte, la SPS a mis en ligne le bilan des importants évènements concernant les développements de la question du Sahara occidental durant les 4 premiers mois de l’an dernier sur les scènes, internationale et africaine et nationale. En Afrique, la République du Zimbabwe a réitéré son soutien à la lutte du peuple sahraoui pour la liberté et l’indépendance. Pour la Namibie, elle a appelée à accélérer le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, selon le président namibien M. Heffikibonyh Pohamba, lors de son intervention dans la discussion du rapport du Conseil de paix et de sécurité au Sommet de l’Union Africaine (UA) à Addis-Abeba. 

L’UA a publié plusieurs décisions sur la nécessité d’accélérer à l’application des résolutions de la légitimité internationale en particulier l’organisation d’un référendum d’autodétermination, y compris la résolution 104 qui by Lollipop”>joue un rôle important au plan de règlement de 1991. Au niveau du Parlement panafricain, le président du Parlement panafricain a souligné lors la célébration de l’anniversaire de la création du PAP “l’engagement du Parlement panafricain à défendre de la question du Sahara occidental, appelant à la décolonisation de la dernière colonie en Afrique à travers la fin de l’occupation marocaine du Sahara occidental“. 

Au niveau national, le président de la République, SG du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, a appelé tous les dirigeants africains et la communauté internationale à la nécessité d’intensifier les efforts pour mettre fin à l’occupation du Sahara occidental, dans un discours lors de conférence de l’organisation à l’occasion des cent ans après l’unification du Nigeria février 2014. Il a également appelé les dirigeants africains à collaborer avec les efforts de l’Envoyé personnel du SG des Nations Unies, l’ambassadeur américain Christopher Ross en vue de trouver une solution rapide au conflit, conformément à la Charte et des résolutions des Nations Unies et l’Union africaine, dans le cadre du respect des frontières héritées de l’époque coloniale. 

Pour sa part, le premier ministre sahraoui, Abdelkader Taleb Omar a appelé à l’occasion de festivités de la déclaration de 38eme anniversaire de la RASD, “la France à contribuer positivement pour la décolonisation du Sahara occidental, réitérant l’appel de la partie sahraoui à l’Espagne d’assumer ses responsabilités historiques, juridiques et morales pour permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination et à l’indépendance“. 

Par ailleurs, le comité des affaires étrangères islandais a appelé le ministre des Affaires étrangères islandais à œuvrer activement pour soutenir le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination sur le plan international, selon le Journal islandais “Islandik review”. 

La Norvège a également renouvelé sa position ferme de soutien aux efforts des Nations Unies dans la recherche d’une solution politique qui assure le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, selon le ministre des Affaires étrangères norvégien. 

En Mars dernier, “le Quotidien d’Oran” a souligné que la question sahraouie était à l’ordre du jour de la visite du MAE, John Kerry en Algérie en avril 2014, étant la dernière colonie en Afrique (Sahara occidental), qui est une “priorité” pour la politique de Washington au Moyen-Orient et Afrique du Nord. 

Le gouvernement britannique a renouvelé son soutien au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, à travers les déclarations du MAE, Hugh Robertson selon lesquelles, “le gouvernement de Londres soutient fermement les efforts déployés par les Nations Unies pour parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable devant permettre l’autodétermination pour le peuple du Sahara occidental “. 

La fin du mois d’avril 2014, le Conseil de sécurité a, dans une résolution, appelé à œuvrer pour renforcer et protéger les droits humains au Sahara occidental, y compris la liberté d’expression, la formation des associations. 

Sahara Press Service (El Aaiun)

NIGERIA: Une petite fille utilisée comme bombe au pays par Boko Haram

PAPE FRANCOIS AU SRI LANKA: Le pape appelle à «la recherche de la vérité» au Sri Lanka