in

R.D. CONGO: Des casques bleus soupçonnés de trafic des treillis au Nord-Kivu

Treillis trahis?  

Des pilotes ukrainiens de la MONUSCO (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo), photographiés en compagnie d’un Congolais en treillis, ont été appréhendés mercredi 26 novembre 2014 à l’aéroport de Goma (Nord-Kivu) en possession de 12 tenues avec pistolets de la Garde républicaine (GR) des Forces armées de la RDC (FARDC). 

alt

Un kit complet de 6 paires d’uniformes des Fardc avec pistolets a été découvert, le 26 novembre, dans un fourgon de la Monusco à l’aéroport de Goma. Les 11 Ukrainiens incriminés et leur complice congolais ont été interpellés par les éléments de la sécurité commis sur ce site aéroportuaire.

En fait, des versions divergent quant aux circonstances de l’arrestation de ces casques bleus ukrainiens qui opèrent au niveau de l’aéroport de Goma au sein de la force aérienne de la Monusco. Certaines sources allèguent qu’ils avaient été arrêtés alors qu’ils négociaient l’achat sur place à l’aéroport des tenues militaires des Fardc auprès d’un élément de la garde républicaine. Ils ont été surpris dans leur négoce par l’apparition des agents de sécurité en tenue civile qui les ont interpellés.

En tout état de cause, des rumeurs persistantes faisant état du trafic des tenues militaires congolaises par ces casques bleus ukrainiens n’arrêtent d’enfler à Goma, où la MONUSCO est prise à partie par une population de plus en plus hostile. Il nous revient que l’officier ukrainien, principal accusé dans cette affaire, aurait déclaré aux enquêteurs qu’il voulait acheter ces uniformes pour les utiliser à la chasse à son retour dans son pays. Des explications qui sont loin de convaincre l’opinion publique à Goma.

Cette dernière croit dur comme fer que c’est la Monusco qui entretient les groupes armés dans la région. Ces tenues militaires des Fardc qu’arboraient hier encore les rebelles du M23 semant la confusion au front avec les forces loyalistes constituent des pièces à conviction. Pour sa part, le porte-parole militaire de la Monusco, le lieutenant-colonel Prosper Félix Basse, nie toute implication de la Mission dans un quelconque trafic de ce genre.

En attendant les conclusions de l’enquête initiée sur ce fait, ce cadre onusien demande à la population de continuer à faire confiance à la Monusco et à éviter de sombrer dans la manipulation. « Nous avons besoin du soutien de la population congolaise et de son engagement à nos côtés et aux côtés des forces de défense et de sécurité pour ramener la paix dans cette région », a-t-il confié.

PRÉSIDENTIELLE TUNISIENNE: Essesbi et Marzouki au ballottage – Deux candidats, deux philosophies politiques

CAN 2015: “Marhaba”, le ballon officiel du tournoi dévoilé!