in

RACHEL MWANZA: “Ma vie a vraiment changé”

Lauréate du prix de l’interprétation féminine au Festival du film de Berlin.

Sortie de la rue pour devenir à 15 ans, une nouvelle étoile congolaise du cinéma, Rachel Mwanza croit vivre un miracle. Il y a quatre ans, elle était loin de s’imaginer la vie qu’elle mènerait aujourd’hui.


L’adolescente de 15 ans affirme; “Depuis que j’ai joué dans ce film, je réalise combien ma vie a vraiment changé. Je vais à l’école alors que j’avais perdu tout espoir d’étudier un jour. Je suis nourrie, j’habite dans une belle maison, j’ai une chambre à moi, on s’occupe de moi sans que je ne me soucie de rien. Je vis comme il se doit“,

La vie de Rachel prend une tournure catastrophique quand ses parents divorcent en 2009. Avec ses 5 autres frères et soeurs, elle se retrouve à la charge de sa grand-mère, qui n’a pas assez de moyens pour s’occuper d’eux.

Mes parents ont divorcé et nous ont abandonnés chez notre grand-mère, qui ne travaillait pas. Face aux difficultés de la vie, la grand-mère a décidé de ne prendre en charge que trois enfants et a demandé à mes trois autres frères d’aller se débrouiller parce qu’elle n’avait aucun moyen de s’occuper de nous tous. Nous avons appris que notre père était allé à Mbuji-Mayi et notre mère en Angola. Aucun d’eux n’a cherché à s’enquérir de notre situation. Je suis restée chez ma grand-mère, mais je n’étais pas toujours nourrie, j’étais maltraitée de fois. J’ai décidé de quitter la maison de ma grand-mère pour aller me réfugier dans un centre“, raconte Rachel, les yeux baissés.

Finalement, Rachel se retrouve dans la rue à vendre l’eau en sachet et de fois l’alcool. Il lui arrive de passer la nuit au marché Gambela.

En 2010, Rachel a un premier contact avec le monde cinématographique. Elle est sélectionnée pour participer dans un documentaire sur les enfants de la rue à Kinshasa.

Elle est ensuite emmenée dans un centre d’hébergement pour hommes. Elle s’enfuit quelques temps plus tard à cause de mauvaises conditions de vie. En 2011, elle est choisie pour jouer le rôle de Komona, le personnage principal du film “Rebelle” de Kim Nguyen. Après le tournage, les producteurs de Rebelle lui trouvent une maison d’accueil et décident de la scolariser.

La jeune Rachel sait combien l’école est importante. Durant sa vie avec ses parents biologiques, elle a arrêté ses études en 3ème primaire. Rachel avoue que la rue lui a enlevé tout ce qu’elle avait appris.

Aujourd’hui elle réapprend à lire et à écrire. “Il m’arrive sur le chemin de l’école de penser tout simplement au fait que je vais à l’école. Et quand je réalise cette chance que j’ai, je m’exclame en criant très fort: Jésus! Certaines personnes me prennent pour une folle, mais je suis vraiment heureuse de pouvoir étudier aujourd’hui. Et pour rien au monde, je n’accepterais de m’absenter à l’école“, explique-t-elle tout excitée.

Le jeune couple Shindani, qui a recueilli Rachel, est content de son évolution. “Ce n’était pas facile au début, mais nous avons tenu à lui inculquer des notions simples de la vie dans une famille, la société“, indique Pelé Shindani, tuteur de Rachel, qui souligne l’évolution comportementale de Rachel.

Aujourd’hui, le rêve de Rachel est de devenir une actrice professionnelle. “Je veux finir mes études, devenir actrice sur d’autres films, aider d’autres personnes. Le plus important, il faut que je sache lire. Quand on ne sait pas lire ni écrire il est difficile de s’en sortir“.

Rachel Mwanza est très confiante dans l’avenir. Elle sait qu’il faut maintenant beaucoup travailler pour réaliser ses rêves et aider les autres membres de sa famille. Ses frères et soeurs sont également nourris et logés grâce à elle, mais ne vont pas à l’école.

 

BURKINA FASO: Exposition «A comme Afrique» –

LITTÉRATURE: La Divine Comédie dénoncée pour antisémitisme, racisme et islamophobie