in

BURKINA FASO: Exposition «A comme Afrique» –

 

Jusqu’au 31 décembre 2012: un miroir des réalités africaines.

«Questionner les réalités contemporaines du continent africain sur le mode de l’abécédaire (de A à Z: d’Afrique au Zénith) à travers 26 modules d’exposition tout en portant un regard critique sur l’Afrique d’hier, d’aujourd’hui et de demain» a été l’objectif visé par le lancement de cette exposition.


Le musée national du Burkina Faso a organisé,, en partenariat avec l’Ecole du patrimoine africain (EPA), une exposition dénommée «A comme Afrique», au Musée National de Ouagadougou.

Iinaugurée le 6 mars par le ministre de la Culture et du Tourisme, Baba Hama, l’exposition, qui se tiendra jusqu’au 31 décembre 2012, va introduire chaque visiteur, non pas comme un spectateur mais comme un acteur initié, dans un parcours original, un débat social où il est libre de confier ses sentiments les plus profonds et sa vision de l’Afrique de demain.

Pour le ministre Baba Hama, c’est un véritable voyage qu’on entreprend en visitant cette exposition au niveau du musée national. Il a ajouté que cette exposition vient montrer aux Africains d’où ils viennent, qu’est-ce qu’ils font et quel avenir se pointe à l’horizon pour leur continent.

Car, a expliqué Baba Hama, «à l’origine, cette exposition se voulait d’accompagner les cinquantenaires des Etats africains». Pour ce faire, il a invité le public à venir se ressourcer et faire de véritables découvertes sur les progrès de notre continent à cette exposition.

Toute chose qui, selon la Directrice générale (DG) du musée national, Alimata Sawadogo, va fortifier l’engagement du public et des décideurs dans le champ muséal et faire du Burkina Faso un pôle culturel du continent africain. Elle a aussi précisé que sont attendus à cette exposition plus de 20.000 visiteurs.

Baba Kéita, directeur de l’EPA, a rappelé que le projet «A comme Afrique» se tient au Burkina Faso au compte des pays africains francophones, après le Kenya pour la partie anglophone. Ce qui révèle en son sens la richesse culturelle du pays des Hommes intègres.

 

 

CÔTE D’IVOIRE: Le Nouveau Gouvernement

RACHEL MWANZA: “Ma vie a vraiment changé”