in

QUESTAEROMA: Mouvement de nouveaux romains de seconde génération

Liberté, Egalité… Romanité?

QuestaèRoma est un mouvement de “nouveaux” italiens provenant de  différents contextes socio-culturels, promoteurs d’un nouveau concept de l’italianité.

altLa discrimination, la négation des droits, la culture, la nationalité, l’emploi, la participation: problèmatiques communes, inévitables et profondément ressenties, c’est ce que veut promouvoir QuestaèRoma.
Un mouvement né de la volonté d’un groupe de jeunes, engagés dans la lutte contre les discriminations, depuis longtemps, de différentes manières et sur différents parcoursallant de la politique à la vie sociale.
En particulier, les discriminations qui touchent les fils d’immigrés. Une condition qu’ils vivent sur leur peau en première personne.

Dans un pays comme l’Italie marquée par une loi carente et contradictoire où le même système qui garantit le droit à l’éducation, la résidence et les soins de santé aux fils d’immigrés, à l’âge de 18 ans, les considère comme des étrangers chez eux qui, pour continuer à vivre dans le pays où ils sont nés et ont grandi, ont besoin d’un permis de séjour. Sous peine d’etre rapatriés vers  un pays d’origine, que souvent ils n’ont jamais connu. Une condition à la limite du paradoxe qui touche 590.000 nés et ayant grandi en Italie.

C’est ainsi que le Mouvement QuestaèRoma s’est présenté devant le Panthéon de Rome, avec un flash-mob, qui a eu lieu le 24 mai, dernière journée de la campagne pour l’élection du Maire de Rome.

Des jeunes garçons et filles réunis demandaient à haute voix: «Un engagement sérieux à la future administration municipale sur la question de la nationalité et des droits sociaux“, avec un changement social et culturel nécessaire, qui doit toucher principalement les institutions italiennes, à travers la promulgation de lois non lésives des immigrés et, à la fois, la prise de conscience des questions liées à la nationalité.

En fait, selon les données provenant d’organisations mondiales, il n’existe aucune ville au monde plus internationale que Rome et donc, on ne peut donc plus tolérer les discrimination persistantes que subissent chaque jour ces jeunes garçons et filles qui, tout comme les Italiens, s’engagent, étudient, travaillent mais surtout essaient de s’intégrer tous les jours au sein d’une communauté sociale, qui souvent ne repaie pas autant leurs efforts.

C’est justement à partir de ce raisonnement qu’il faut se poser certaines questions fondamentales: Comment peut-on, à une époque où la mondialisation règne en maître et dans laquelle chacun d’entre nous doit être un «citoyen du monde», parler  encore de la diversité de race, de peau et de sentiments?
Comme peut-on isoler et ne pas donner confiance à tous ces jeunes «étrangers» comme ils sont reconnus, qui au prix de  nombreux sacrifices, sont arrivés en Italie pour améliorer leur vie, mais surtout contribuer à la croissance économique et sociale de l’Italie?
Est-ce possible qu’il existe encore des lois archaïques, même par rapport à l’histoire passée de Rome, empêchant la nationalité aux enfants nés ou élevés dans cette péninsule si aimée par tout le monde?

C’est précisément à ces questions que le nouveau Mouvement “QuestaèRoma” essaie de donner une réponse de façon proactive, en soulignant ses principes clés, notamment la tolérance, l’égalité, la culture, le travail, la participation et droit d’être reconnu comme un “nombre marginalisé” par le reste de la société italienne.
Sans la reconnaissance de toutes ces valeurs, impossible de voter, participer à des concours publics, faire du sport compétitif, mais surtout avoir la liberté de ne pas se sentir emprisonné tous les jours par le très controversé permis de séjour qui, à  chaque renouvellement, crée chez ces jeunes, des malaises, nervosité, perte de l’identité personnelle mais aussi le manque de confiance envers le monde dans lequel ils viven, même si leur comportement et leur mode de vie est identique par rapport à leurs pairs italiens et romains.

C’est précisément pour toutes  ces raisons que les membres de “QuestaèRoma” réclament à haute voix  une réforme législative qui puisse renouveler l’ensemble du tissu social italien, désormais trop archaïque et insensible aux besoins de ceux qui se sentent partie intégrante de Rome et de l’Italie toute entière en général.

Cristina Zambrano León
Info: questaeroma@gmail.com – Tél: 338 6125554

YOUSSOUPHA: Le rappeur français, fils du mythique chanteur congolais Tabu Ley “Rochereau”, fait le show à Douala

MALI: Négociations sur la crise nationale à Ouagadougou – Blaise Compaoré veut un accord!