in ,

Quel est le nombre et la valeur des entreprises d’étrangers en Italie?

94 milliards d’euros par an, soit 6,5% de la valeur ajoutée nationale italienne. Voici ce que vaut la contribution des entrepreneurs immigrés à l’Italie.

 

Les entreprises gérées par des ressortissants nés à l’étranger sont passées de 524.674 (soit 8,7% du total) à près de 28.000 unités (soit +5,6%), tandis que chez les Italiens en disparaissaient 48.000.

Le compte-rendu de cet important morceau du tissu productif italien a été révélé dans le “Rapport de l’Immigration et de l’Entrepreneuriat”, réalisé par IDOS (Dossier des Statistiques de l’Immigration), en partenariat avec la CNA (Confédération Nationale de l’Artisanat et des Petites et Moyennes Entreprises) et MoneyGram. Il est indiqué qu’aux entreprises gérées par des ressortissants nés à l’étranger participent presque exclusivement des immigrés (94,1%). Parmi elles, les entreprises individuelles sont 421.004, soit 1 chaque 8 entreprises autopersonnelles (imprese individuali) du pays.

Leur contribution au PNB (Produit National Brut) croitra avec l’augmentation des formes sociétaires plus structurées et ouvertes à la participation des autochtones (en un an, il y a eu 57.000 sociétés de capital, soit une augmentation de 14,5%). Il y a au contraire peu de “start-ups” innovantes en prévalence étrangères (95, soit à peine 2,2% du total), ce qui, dénoncent les chercheurs, dénote le parcours à faire sur le versant de l’innovation.

Dans le secteur de la location, des agences de voyage et des services aux entreprises, les 27.000 entreprises gérées par les immigrés influent dans la mesure de 15,4% sur le total, plus que dans la construction (14,8%) et le commerce (12,1%), qui représentent également les deux principaux secteurs d’activité avec: 188.000 entreprises (soit 35,8% du total) pour le commerce et 128.000 (soit 24,3% du total) de la construction). Le tertiaire représente à lui seul 56,9%, tandis que reste résiduelle l’agriculture (2,7%), un domaine nécessitant des investissements initiaux considérables.

Quant à la répartition géographique, plus de la moitié des entreprises gérées par des immigrés sont concentrées dans le Nord (30,1% dans le Nord-Ouest et 21,1% dans le Nord-Est). Suivent le Centre (26,7%) et le Sud (22,3%), où l’incidence sur le nombre total d’entreprises locales a presque diminué de moitié par rapport au Centre-Nord (5,8% contre 10,1%). La Lombardie (100.000 entreprises, soit 19,0%) et le Lazio (67.000, soit 12,8%) sont en tête ainsi que les Provinces de Rome (57 000, soit 10,9%) et Milan (45.000, soit 8,6% ).

Les groupes nationaux les plus dédiés à l’entrepreneuriat sont les Marocains (15,2%), les Chinois et les Roumains (11,2% chacun), qui se signalent respectivement dans le commerce, la fabrication et la construction. Les six communautés les plus nombreuses couvrent, à elles seules, plus de la moitié des dirigeants d’entreprises auto personnelles nés à l’étranger (55,4%).

Comment rendre les entreprises des immigrés plus dynamiques, diversifiées et prometteuses? La recette proposée par le Rapport a des ingrédients excellents pour les entreprises italiennes aussi:

♦ Simplifier la bureaucratie; 

♦ Alléger le crédit; 

♦ Réduire le fardeau fiscal; 

♦ Soutenir l’entrepreneuriat, même après le démarrage (start-up); 

♦ Promouvoir l’innovation et la créativité; 

♦ Promouvoir l’adhésion à des associations de catégorie et la formation de consortiums; 

♦ Investir dans la formation d’entreprise; 

♦ Faciliter l’accès et la compréhension de la bureaucratie administrative; 

♦ Étendre le rayon d’action, aussi dans un optique transnationale.

 

La Police italienne est tenue à renouveler le permis de séjour même si ce n’est que depuis peu qu’on a trouvé du travail!

“CANONE RAI”: comment faire une demande d’exemption de la redevance Tv en Italie?