in

“Più Culture”: journal en ligne pour immigrés

Journal en ligne du Municipio 2 de Rome, destiné aux immigrés et lancé, il y a 3 mois.

 

Rome 20/05/2011 – Il a été présenté à la Libreria Rinascita de Rome, “Più Culture”: un nouveau journal en ligne d’interculture, créé pour «parler et donner voix aux “nouveaux citoyens” qui habitent, travaillent, étudient dans le territoire Municipio II (2ème Circonscription) de Rome».

 

C’est dans une ambiance caractérisée par une colonne sonore cap-verdienne que la rencontre a été ouverte par la projection de la video «L’immigration en Italie: menace ou ressource?» (8’46), réalisée par Fadi Hassan et Luigi Minale pour la société de productions Quattrogatti.

 

Le programme de la rencontre a poursuivi avec les interventions de diverses personnalités, notamment celles de:

S.E. Romeo Manalo (Ambassadeur des Philippines)

Bruno Mazzara (Département de Communication et Recherche sociale de l’Université de Rome  “La Sapienza”

Nicoletta del Pesco (Directrice responsable www.piuculture.it)

Aziz Darif (Mosquée de Rome et Président du Conseil des Etrangers de Rome)

Ejaz Ahmad (rédacteur en chef du journal pakistanais “Azad” et  médiateur culturel

Sissy Guerriero (Président de la Coopérative sociale “Il progresso”)

Alexander Malabrigo (Conseiller municipal adjoint du Municipio 2)

Manuel Ramos (Animateur du  “Café Crecheu”, point de rencontre de la culture et de la gastronomie italo-capverdiennes.

 

Pourquoi un journal en ligne dédié aux étrangers?

L’Association Piùculture a oeuvré à cet ambitieux projet de donner de la visibilité au monde diversifié des étrangers du Municipio 2, transférant du site au journal en ligne www.piuculture.it les données recueillies et les relations nouées depuis 2008.

 

Dans le Municipio 2, on dénombre 16.694 étrangers, soit 13,6% de la population totale.

En outre, comme présences étrangères, le territoire compte:

● 40% des ambassades étrangères présentes à Rome,

● trois bibliothèques communales du réseau Roma Multietnica,

● des instituts de recherches et d’enseignement de l’interculture: écoles, universités, etc.

● des figures professionnelles qualifiées: médecins, journalistes, médiateurs culturels, etc.

 

Leur action est peu connue parce la communication concernant les étrangers se base en prévalence sur des stéréotypes fondés sur la peur de l’immigré, qui est peint comme une menace pour la sécurité, un corps étranger ne méritant pas d’attention.

 

L’espace que les media dédient aux immigrés est limité; c’est  surtout de la chronique noire. On utilise des stéréotypes qui contribuent à alimenter la peur du divers à laquelle, en temps de crise, s’ajoute la crainte que l’immigré souffle le boulot aux Italiens.

Le sport, les spectacles, la culture, les traditions de nombreuses communautés étrangères sont rarement racontées.

 

Le désir de contraster ce type de représentation et mû par la conviction que la communication est un élément fondamental dans la construction d’une société pluraliste.

Pour réaliser le projet, est né le  “Laboratoire de communication interculturelle”, une activité de formation gérée par des volontaires de “Piùculture” et adressée aux jeunes diplômés universitaires, qui a porté à la réalisation du journal en ligne.

 

Le Directeur responsable est Nicoletta del Pesco, et la rédaction est dirigée par Paola Piva, en collaboration avec les élèves du Laboratoire de communication interculturelle qui, pour l’année 2010/2011 sont: Valentina Basso, Daniela Basile, Davide Bonaffini, Giuseppina Casciaro, Marco Corazziari, Maria Galluzzo, Luisa Leoncavallo, Melissa Neri, Alice Rinaldi, Gabriele Santoro.

 

Afri-Nous

 

Débarquements: Accueil des mineurs sans parents

Régularisation: énième fraude en Puglia