in

PRESIDENTIELLE SENEGALAISE: Cheikh Bamba Dièye (FSD/BJ) candidat

Il vise la candidature unique de l’opposition.

Le leader du FSD/BJ (Front pour le Socialisme et la Démocratie / Benno Jubel), Cheikh Bamba Dièye, a annoncé qu’il est candidat à la candidature de “Bennoo siggil Senegaal” (BSS), la Coaòition de l’opposition, pour la présidentielle de 2012.

Rappelant que «le FSD/BJ est membre de cette coalition», Cheikh Bamba Dièye a rappelé que chaque parti politique concourt à l’expression des suffrages, tout en n’excluant pas toutefois de se ranger derrière un autre candidat de Bss qui remplit certains critères.

«Celui qui veut que je renonce à ma candidature doit remplir trois critères. Il doit avoir un patriotisme et une probité indéniable et un passé politique irréprochable», indique-t- il.

Cheikh Bamba Dièye souligne toutefois que son parti se prépare à toute fin utile pour qu’il soit candidat en 2012, d’autant plus qu’il a eu à briguer, en 2007, la magistrature suprême.

Il a déclaré être opposé à la candidature de transition prônée par certains leaders de “Bennoo siggil Senegaal”.

Pour le Conseil national des jeunes du FSD/BJ, leur leader est le mieux placé pour être candidat de BSS. «Notre objectif, c’est porter Bamba Dièye à la tête du pays. Il est le meilleur au sein de SS. Nous travaillons pour son élection en 2012», note Souleymane Astou Diagne, le coordonnateur des jeunes, selon lequel leur leader est jeune, dynamique, visionnaire qui épouse les idées de son temps et qui est le symbole du changement que les Sénégalais attendent depuis fort longtemps.

Le leader du FSD/BJ a demandé par la suite au gouvernement de fournir des efforts pour régler définitivement la situation des pêcheurs sénégalais en Mauritanie, lançant également un appel à la diplomatie sénégalaise pour qu’elle s’intéresse au cas des Sénégalais qui croupissent en prison à l’étranger.

Interrogé sur la nouvelle société qui doit s’occuper de la gestion des ordures, le maire de Saint-Louis estime qu’une concertation devrait être de mise avec les collectivités locales.

Sur le règlement de la crise casamançaise, il indique que le gouvernement devrait injecter 100 milliards de FCfa dans cette région et initier de grands projets de développement pour permettre aux jeunes de travailler.

Wal Fadjri

DANEMARK: Construction d’un mur anti – immigrés

RWANDA – FRANCE: Visite de Kagame à Paris en septembre