in

PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE: Barack Obama hausse le ton!

Le président afro-américain rappelle aux Sénégalais son discours d’Accra en juillet 2009.

Que se passera-t-il dans 48 heures au Sénégal, où doit avoir lieu une présidentielle crisogène? Aucun analyste politique, ni expert des élections en Afrique n’ose se risquer à une quelconque hypothèse, tant tous les scénariis sont plausibles.

Et même si le pire n’est pas sûr, les itératives manifestations violentes consécutives à la validation de la candidature de Me Abdoulaye Wade sont d’une telle envergure qu’on craint non seulement pour la tenue du scrutin proprement dite, mais surtout pour la période postélectorale lourde de tous les dangers.
En attendant, la Communauté internationale donne de la voix pour que le vote se passe sans démultiplier les violences. Ainsi, en est-il de l’Union européenne (UE), qui a dépêché 90 observateurs des 27 pays de l’Union européenne plus ceux de Norvège, de la Suisse et du Canada afin de superviser ce scrutin.
L’Union africaine (UA) également y est représentée par des observateurs attitrés conduits par Olesegun Obasanjo ; ce qui a fait dire à certains que cette présidentielle est la plus “épiée” de l’histoire politique de ce pays.
L’UE et l’UA, à défaut du report du scrutin ou, mieux, du retrait de Wade de la course, appellent à un scrutin apaisé.
Un Low profil que semblent ne pas adopter les USA, qui sont revenus à la charge pour signifier à “Gorgui” de laisser l’opposition manifester à sa guise.
On se souvient que déjà début février, l’Oncle Sam avait pratiquement enjoint au président Wade de passer le témoin à la génération montante ; ce qui avait eu l’heur de courroucer papy Wade, dont le ministre des Affaires étrangères, Madické Niang, avait convoqué l’ambassadeur américain à Dakar, Lewis Lukens, pour le lui signifier.
La première puissance est revenue à la charge pour affirmer le primat de la liberté de manifester dans toute démocratie, surtout en période électorale ; une position réaffirmée après la mesure préfectorale interdisant les manifs, surtout à la place de l’indépendance, située à quelques jets de pierre de la présidence.
A vrai dire, on reste partagé sur ces violences au Sénégal : car si la présence, voire certains actes de la police confinent à de la provocation, tel ce jet de lacrymogène dans une mosquée Tidiane, tout Etat qui se respecte ne saurait rester coi face à des casses et violences diverses, perpétrées par une partie de la population.
Quoiqu’obnubilé par sa réélection en novembre prochain, Barack Obama vient encore une fois de rappeler aux Sénégalais son discours d’Accra en juillet 2009, dont l’essentiel se résume à la foi à des institutions fortes et à une véritable démocratie, mais non à des hommes-providences. Tous les Sénégalais l’entendront-ils ? Réponse dans les deux jours et suivants.

PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE – Youssou Ndour blessé!

BURKINA FASO: Célébration des 20 ans de carriere de Zedess