in

Pd et finiani : ” un plan pour la cohabitation est nécessaire”

Livia Turco (Pd) et Fabio Granata (Pdl) prêts à une motion bipartisan. ” Paquet d’intègration” avec une réforme de la citoyenneté et le vote aux immigrés.
Rome 7 Juillet 2010. Une motion bipartisan qui ” engage le gouvernement à réaliser un plan pour les politiques du cohabitation” présumablement diverse de celui lancé il y a un mois par le Conseil des Ministres. C’est la proposition avancée ce matin de Livia Turco(Pd), déjà ministre pour la Solidariété sociale, et accueillie par Fabio Granata, d’exposant finiano du Pdl, au cours de la présentation à la salle de la Mappemonde de Montecitorio ” pour un paquet d’intégration” de la part du consortium ” Connecting people”.
Pour Livia Turco ” peut-être, il est temps de passer même à une terminologie nouvelle : plus que des politiques qu’intégration, on devrait parler de politiques de cohabitation. Celles-ci cependant ne peuvent pas retomber entièrement sur les épaules des organismes locaux”. ” Nous pourrions utiliser même le moyen parlementaire de la motion pour solliciter le gouvernement à mettre en acte un plan pour la cohabitation” basé sur la fondation qui maintenant ” l’ immigration est un fait structurel de ce Pays, et contribue à son progrès économique et sociale” .
Granata s’est dit prêt à soutenir un document du genre, basé sur les résultats du ” Manifesto” présenté aujourd’hui à la Chambre. Le député du Pdl a souligné l’exigence de ” construire un parcours partagé sur les thèmes de l’ immigration, de l’intégration et de la nouvelle citoyenneté. La question de fond est qu’on ne doit pas superposer les politiques de sûreté sur ceux d’intégration et citoyenneté. Est juste de travailler à une nouvelle solidarité nationale fondée aussi sur les nouveaux italiens”.
Les propositions
Le ” Paquet Intégration” présenté aujourd’hui propose :
• la modification de la loi sur la citoyenneté (L.91/92)
• la ratifie de l’art 6 lettre C de la Convention de Strasburgo pour garantir aux migrants des résidents la participation à niveau local
• la modification de la loi des coopératives sociales avec l’insertion des réfugiés entre les catégories avantageux et l’étente pour cette catégorie des bénéfices fiscaux même aux coopératives de services sociaux (art.4 L.381/91)
• le financement d’un programme d’industrie du bâtiment religieuse
Pour rendre disponible des ressources èconomiques, les promoteurs demandent ensuite :
• j’utilise d’une partie des contributions de previdenziali INPS des migrants pour les destiner à des projets d’intégration promus par des entreprises
• j’utilise des ressources de 8 pour mille à gestion directe d’état (L.222/85)
• insertion du secteur « intégration » entre ceux prévus par la réglementation pour les distributions des fondations bancaire (art.1 alinéa 1 lettre C D.Leg.vo 153/1999)
« Avec cette proposition, ils se rendraient disponibles au-delà de 100 millions d’euro par an. C’est un chiffre important qui permettrait de réaliser beaucoup plus de ce que fait jusqu’à maintenant. Le débat européen pointe beaucoup sur le thème de l’intégration. Nous espérons qu’autres s’unissent au travail de recherche que nous avons entrepris et que ceci donne force à qcelui qui veut chercher une solution positive à la demande de paix sociale qui provient dans nos villes » dit Giuseppe Scozzari, président du consortium Connecting People

Meiway: M20, le dernier cd!

Financement de projets pour les réfugiés