in

PAPE FRANÇOIS: Le souverainisme me fait peur: il rappelle Hitler et mène à la guerre

Intervenant sur les migrants, le Pontife a déclaré que les portes doivent être ouvertes et qu’on doit accueillir et intégrer.

 

«La souverainisme est une attitude d’isolement. Je suis inquiet parce qu’on entend des discours qui ressemblent à ceux d’Hitler en 1934. “Nous d’abord. Nous, nous”: ce sont des pensées qui font peur». C’est ce qu’a déclaré le Pape François, ajoutant: «La souveraineté, c’est la fermeture. Un pays doit être souverain, mais pas fermé. La souveraineté doit être défendue, mais les relations avec les autres pays, avec la Communauté Européenne, doivent également être protégées et promues».

Dans une interview, Bergoglio explique: «La souveraineté est une exagération qui finit toujours mal: elle mène à des guerres. Il en va de même pour le populisme. Au début, j’ai lutté pour le comprendre parce qu’en étudiant la théologie, j’ai approfondi le popularisme, c’est-à-dire la culture du peuple: mais c’est une chose que le peuple s’exprime, une autre est d’imposer l’attitude populiste au peuple. Le peuple est souverain (il a une façon de penser, de s’exprimer, de ressentir, d’évaluer), mais les populismes nous conduisent à des souverainismes». 

Parlant des migrants, le Pape est très clair sur le thème, déclarant que «les portes doivent être ouvertes»Et de souligner: «Ne négligez jamais le droit le plus important de tous: le droit à la vie. Les immigrés viennent surtout pour fuir la guerre ou la faim, le Moyen-Orient et l’Afrique. Sur la guerre, nous devons nous engager et lutter pour la paix. La faim concerne principalement l’Afrique. Le continent africain est victime d’une malédiction cruelle: dans l’imaginaire collectif, il semble qu’il doive être exploité. Au lieu de cela, une partie de la solution est d’investir là pour aider à résoudre leurs problèmes et ainsi arrêter les flux migratoires».

Pour François, avec les immigrants «il y a des les critères à suivre. D’abord, recevoir, ce qui est aussi un devoir chrétien et évangélique. Les portes doivent être ouvertes et non fermées. Deuxièmement: accompagner. Troisièmement: promouvoir. Quatrièmement: intégrer».

Le Pontifice fait l’éloge de Greta Thunberg, la jeune attiviste environnementale: «J’ai été frappé par le mouvement écologique», dit-il. 

Pape François voit une prise de conscience de l’environnement et du changement climatique dans le monde entier, en particulier dans les mouvements de jeunes écologistes, comme celui dirigé par Greta Thunberg, “Fridayays For Future” (Vendredis Pour le Futur). «J’ai vu une pancarte qui m’a frappé: “Nous sommes l’avenir!”», se souvient-il. 

A rappeler qu’il y a quelques mois, le Pape avait salué le jeune écologiste suédois en marge d’une audience générale sur la place Saint-Pierre.

ITALIE – Une gamine noire victime d’insultes racistes dans un magasin, à Manduria

SANTÉ – Comment éliminer les larves des moustiques pour de bon?